Établissements sportifs, les grands oubliés de la crise sanitaire ?

Établissements sportifs, les grands oubliés de la crise sanitaire ?

Publié le 18 décembre 2020

Les salles de sports ont depuis plusieurs mois un point commun avec les restaurants, les discothèques ou les musées. Elles font partie de la longue liste des secteurs d’activité frappés de plein fouet par la crise de la Covid. Alors qu’une réouverture prochaine semble illusoire, on fait le point sur un secteur en crise avec Arthur Benhamou, fondateur de LaSèche.

 

Les établissements sportifs sont-ils les grands oubliés de cette crise sanitaire ?

Les établissements sportifs subissent de plein fouet la crise sanitaire. Si les aides de l’État leur permettent de tenir la tête hors de l’eau, j’ai peur que le manque à gagner ne soit jamais récupérable. À cause de la Covid, il est probable qu’une partie non-négligeable des salles de sport disparaisse sur le long terme, notamment celles qui étaient déjà fragiles pré-covid, le marché des salles de sport étant déjà à l’époque ultra concurrentiel et pas entièrement stabilisé en France. Pis, en fonction de l’intensité de la crise économique à venir, il est probable que certains adhérents ne reconduisent pas leur abonnement, préférant épargner pour d’autres besoins jugés plus importants.

Quel avenir pour les salles de sports physiques ?

Je suis convaincu que les salles de sport, notamment celles organisées en réseau, retrouveront rapidement un niveau d’activité décent, voire meilleur qu’avant le coronavirus. En effet, la plupart des adhérents de salles de sport viennent chercher un équipement cher et de qualité que l’on ne peut retrouver nul part ailleurs que dans une salle de sport. Ce matériel est essentiel pour toute personne désirant augmenter sa masse musculaire sur le long terme.

Le « bât » peut cependant blesser pour l’autre partie, souvent minoritaire, de la clientèle. Celle qui vient pour travailler principalement son cardio et sa perte de poids (tapis de course, rameur, vélo, steppers). Ces adhérents ont en effet pu trouver facilement des alternatives digitales de qualité ou changer leur habitude en faisant leur cardio en extérieur. Satisfaits et déjà habitués à ces alternatives, il n’est pas dit qu’ils reviennent tous en salle de sport une fois la crise finie. Les solutions digitales ayant le mérite de fournir plus de flexibilité et de temps, souvent à un prix moindre.

Quel est l’impact sur la santé mentale des français ?

Je n’ai pas de chiffre en tête mais les chercheurs sont formels. L’isolement et le manque d’activité sportive a considérablement affecté le moral des français. La crise sanitaire a tout de même eu des effets positifs pour celles et ceux qui ont eu plus de temps devant eux. Les ventes d’accessoires de sport de certains sites ont ainsi explosé pendant le confinement. Prouvant l’engouement des français pour le sport et la remise en forme. La bonne nouvelle pour les salles de sport comme pour les acteurs digitaux est que cette tendance semble se poursuivre !

Quelles sont les solutions et alternatives pour continuer à faire du sport malgré tout ?

Je ne peux que vous recommander LaSèche. L’un des rares programmes français de remise en forme qui portent autant d’importance au sport qu’à la nutrition. En réalité la vraie responsable de nos complexes physiques. Si j’ai un seul conseil à vous donner, c’est de bouger comme vous aimez ! Renforcement musculaire, WOD, HIIT, Fit Dance, Body Combat, course à pied… Il existe mille & une façons de bouger avec ou sans équipement. Si vous pouvez trouver de nombreuses vidéos de qualité sur internet pour découvrir les disciplines qui vous plaisent le plus. Nous recommandons sur le long terme de suivre des séances dans le cadre d’un programme progressif et adapté.

0 commentaires

Laisser un commentaire