Entreprendre dans la culture : les startups au service de la création artistique

A l’occasion du premier forum « Entreprendre dans la culture » à la Gaité Lyrique, Widoobiz est allé à la rencontre de startupers mettant les nouvelles technologies au service de la culture.

Culture et startup : deux univers inconciliables ? Le forum « Entreprendre dans la culture » prouve le contraire. Cet évènement est organisé par le ministère de la culture, en partenariat avec le ministère de l’économie. Pendant trois jours, professionnels de la culture et entrepreneurs se rencontrent. Objectif : montrer que les deux mondes ont beaucoup à s’apporter.

Objectif : innovation

Comme le rappelle Jean Despax, le fondateur de Movin Motion,  « les startups ont un but lucratif, tandis que les entreprises du secteur culturel se structurent souvent dans des associations ». Pourtant, une chose les unit : le besoin d’innovation. Le crowdfunding a ainsi été développé par des startups. L’industrie culturelle l’a ensuite immédiatement utilisé pour trouver des fonds. Le film « Piégé » de Yannick Saillet, sorti en 2014, a été en partie financé par crowdfunding.

A Movin Motion aussi, la technologie est au service de la culture. L’entreprise a développé une application pour faciliter les démarches administratives des professionnels de la culture. Le système d’indemnisation du régime des intermittents est en effet très complexe. La paperasse prend du temps. Ce temps perdu coûte de l’argent. L’innovation permet aux artistes de se consacrer à ce qu’ils savent le mieux faire : créer.

Ce que l’entrepreneur doit savoir

Le secteur culturel a un fonctionnement spécifique. Octave Bory-Bert est le fondateur de la startup Melusyn. Il rappelle que « le mode de financement des activités culturelles est particulièrement aléatoire ». Les revenus arrivent après la production. Ils sont difficiles à anticiper : les études de marchés sont peu pertinentes. L’entrepreneur qui se lance dans le secteur doit donc s’adapter à ce contexte pour développer son activité.

Autre chose à savoir : comme le monde des startups, le milieu de la culture n’est pas homogène. « Ce n’est pas la même chose de produire un film et d’éditer un livre » explique Octave Bory-Bert. L’entrepreneur doit être au courant des besoins spécifiques du secteur dans lequel il développe son activité. Melusyn met la technologie au service du cinéma. L’entreprise a créé une application permettant aux producteurs et aux réalisateurs de gérer la préparation du tournage. L’application est là pour faciliter cette étape, souvent longue et complexe.

Retrouvez ci-dessous notre reportage vidéo sur le  forum « Entreprendre dans la culture ».

Florian Cazeres

 

1 Commentaire
  1. Juste pour information : le film « Piégé » n’a pas été intégralement financé par le crowdfunding. 60 000 € ont été levé en crowdfunding sur un budget total de 3 M€, soit à peine 2%.

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux