Quand les Guignols de l’info se moquaient des patrons

Les Guignols de l’info ont bien failli disparaître de la grille des programmes de Canal+. Ils doivent probablement leur salut à la mobilisation des Français sur internet.

L’esprit Canal. Encore aujourd’hui, les Guignols de l’info restent dans la mémoire collective le symbole de l’irrévérence façon Canal+. « Super menteur », « mangez des pommes », « tout à fait Thierry », « à l’insu de mon plein gré », on ne compte plus les expressions qui ont fait le bonheur des plus ou moins jeunes. Retour sur ces vidéos cultes où ils se moquent des grands patrons, y compris ceux de la chaîne cryptée.

Bernard Tapie :  le premier patron à passer aux Guignols

Son bagout, son énergie et son franc-parler font de Bernard Tapie une cible de choix pour les auteurs des Guignols. Au début, l’entrepreneur est grimé comme l’homme à qui tout réussit :  affaires, football, politique. À tel point que les Guignols parlent de « La combine à nanard ». Une expression qui, au fil des mois, va devenir une véritable chanson.

Mais quand ses ennuis judiciaires commencent, Bruno Gaccio et ses camarades peuvent s’en donner à cœur joie. Bernard Tapie devient le nouveau riche qui se passe en victime. Ce qui ne l’empêche pas de garder un langage toujours aussi fleuri.

Guy Roux, le patron économe, voire même radin

L’entraîneur de AJA Auxerre va devenir un véritable phénomène de mode. Grâce aux Guignols, il devient en quelques semaines une sorte de paysan radin et un peu ringard. Un personnage d’autant plus détonnant vu la quantité d’argent qui circule dans le monde du football.

Ce sketch de l’addition reste probablement l’un des plus connus de la saga des Guignols de l’info.

François Hollande et la classe politique

Les Guignols de l’info se sont toujours focalisés sur l’action des hommes politiques. Jacques Chirac est devenu quelqu’un d’éminemment sympathique. Nicolas Sarkozy, lui, est toujours grimé en nouveau riche et (forcément) vulgaire. Mais, il ne faut pas croire, les Guignols ont pris pour habitude de taper sur toute la classe politique. Le nom du parti ne protège en rien. La preuve avec François Hollande, toujours présenté comme le benêt de service.


Les guignols de l’info – Où t’es, emploi où t… par spredetv

Alain de Greef, le directeur des programmes lunaire

Libres de se moquer de tout le monde, les guignols s’en sont même pris à leur direction. Pire, à leur directeur des programmes. Alors, certes, Alain de Greef n’est pas présenté comme un odieux personnage, mais il aurait très bien pu monter au créneau pour faire cesser ce personnage lunaire. Quoi qu’il en soit, Alain de Greef a permis aux auteurs de créer le célèbre sketch du « kulunmouton ».

http://www.dailymotion.com/video/x9ad8o_guignols-kulunmouton_fun

Et ça ne s’arrête pas là. Même Pierre Lescure, PDG de Canal+ de 1994 à 2002, fait les frais de l’esprit caustique des Guignols de l’info. Dans un sketch, ils vont même jusqu’à critiquer la stratégie de développement de Canal+. Osé, mais, lors de son éviction, ils prendront parti contre ceux qui ont renvoyé Pierre Lescure.

Pas sûr que les auteurs de 2015 fassent le même sketch pour Vincent Bolloré.

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

1 Commentaire
  1. Je suis, de façon inconditionnelle, pour le droit à la parodie et à la liberté d’expression, mais le cas Guignols me pose une question :

    Peut on ? sous le prisme de l’appel à ces valeurs fondamentales, fermer une activité qui ne serait juste plus rentable ? Dans les élans et prises de positions autour des guignols, j’ai cru entendre que ce programme impliquait plus de 300 employés… sacré challenge économique quand même.

    donc imaginons que les guignols soient un gouffre, peut on en interdire la cessation d’activité sous prétexte d’atteinte à de jolies valeurs humanistes ?

    merci

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux