Ubérisation : Sheaply invente le colis collaboratif

Le cabinet d’audit Mazars révèle les lauréats de son concours #Mazarsforgood Innovation Challenges. Parmi eux, la startup française Sheaply sort du lot.

La startup française Sheaply empoche 20.000 dollars. Grâce à sa participation au concours international #Mazarsforgood Innovation Challenges, l’entreprise se distingue dans la catégorie : « comment les entreprises peuvent-elles transformer leur modèle économique ? ».

Sheaply met en contact une personne qui souhaite réaliser un achat ou envoyer un colis dans une zone difficile d’accès, avec un voyageur. En échange d’une commission calculée en fonction du poids et de la distance parcourue, le voyageur fait le transfère. On appelle ça, l’économie collaborative. « La réponse à n’importe lequel de nos besoins se trouve chez un particulier », écrit la startup sur son site. Sheaply rejoint donc, modestement, la bande de Blablacar ou Uber, qui incarnent typiquement ce système.

À 28 ans, les fondateurs empruntent la voie du succès

Grâce au concours Mazars, la startup peut poursuivre son expansion. Lancé en janvier 2015, ce concours récompense les idées disruptives de jeunes aspirants entrepreneurs et intrapreneurs de moins de 30 ans. L’idée de Sheaply découle d’un réel manque. « Au Maroc, on ne peut payer qu’en Dirham. Il n’y a pas de carte internationale, ce qui complique les choses quand vous voulez acheter un produit américain sur internet par exemple », explique Hicham Zarrouky, co-fondateur.

Une idée qui a séduit. En plus des 20.000 dollars remportés au concours Mazars, l’entreprise vient de recevoir un prêt d’honneur de 15.000 dollars du Réseau Entreprendre Maroc. Encore mieux, Sheaply a réussi a levé 30.000 dollars après avoir été pris dans un accélérateur en Jordanie. France, États-Unis, Maroc : la startup semble tâtonner le marché international.

Objectif : conquérir le monde

« Notre cible principale reste l’Afrique Subsaharienne car le besoin y est fort. On cherche à tester notre pilote au Maroc avec les axes Maroc – Amérique du Nord et Maroc – Europe occidentale », développe l’entrepreneur. Grâce à ses différents fonds récoltés, Sheaply souhaite créer de nouveaux axes de développement. La startup veut également améliorer sa communication et développer une application mobile.

À ce jour, Sheaply compte 18.000 utilisateurs et réalise 12 transactions par jour. La startup continue de s’étendre et cache de belles ambitions. « A terme, on souhaite ouvrir des filiales un peu partout dans le monde. Comme Uber, on ouvrira des bureaux dans chaque pays où on est implanté», confie Hicham Zarrouky. L’idée de créer des partenariats avec des compagnies aériennes leur traverse aussi l’esprit. La startup risque de faire parler d’elle.

@JulieGaleski

Julie Galeski

Julie Galeski

Rédactrice pour Widoobiz, Julie Galeski couvre l'actualité des entreprises et des entrepreneurs. Amatrice de Taekwondo et passionnée de sciences-économiques, Julie Galeski tente d'apporter ses valeurs et sa culture dans ses actualités Entrepreneurs & Startups.

Pas encore de commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux