Utilisation des réseaux sociaux

Widoobiz c’est associé à CAP-TIC pour réaliser une enquête sur votre utilisation des réseaux sociaux.

Nous vous remercions pour votre participation active ! Vous trouverez les résultats de cette enquête ci-dessous.

L’analyse de l’enquête

94% des professionnels répondants sont des utilisateurs de réseaux sociaux et pour la majorité leur usage est à titre professionnel et personnel (71%).

Le choix du réseau communautaire s’effectue en fonction de l’usage professionnel ou personnel.

En vue des notes de satisfaction des réseaux, il ressort que Facebook est la plateforme la plus appréciée pour un usage personnel (45% de participants satisfaits à très satisfaits) alors qu’il s’agit de Viadeo et LinkedIn pour les réseaux professionnels (plus de 50% de satisfaction pour Viadeo).

La confiance des professionnels vis à vis des médias sociaux est bonne, 79% d’entre eux les utilisent comme sources d’information, au même titre que les sites Internet spécialisés.

Les sites Internet généralistes, les magazines spécialisés, la radio / webradio sont également suivis par les participants de l’enquête et consultés comme sources d’informations.

Dans les medias cités spontanément (dans la rubrique Autres), la télévision et les flux RSS (alertes, veille) sont des sources d’informations importantes.

La deuxième partie de l’enquête s’est intéressée aux réseaux réels : qui adhère, quelles attentes, quels usages. Malgré de nombreuses remarques de participants précisant que les réseaux communautaires sont importants voire indispensables aujourd’hui, ils précisent et pointent du doigt l’importance accordée aux réseaux réels. Et pourtant, sur le nombre de réponses obtenues, seuls 35% des sondés sont adhérents à un club (CCI, Medef, CGPME …). Si l’écart entre la volonté de se créer un réseau en réel et le nombre d’adhérents à des clubs est marqué, les entrepreneurs jugent qu’ils manquent de temps (33%), le montant des cotisations est un frein (15%) ou qu’il n’existe pas de réseau correspondant à leur secteur d’activité (16%). Même si certains disent qu’ils sont en réflexion pour le choix du réseau auquel adhérer, d’autres freins ont été cités par les sondés comme « le manque de connaissance sur ces réseaux », « ces réseaux sont trop politisés, administratifs », « ils ne sont pas assez performants » ou encore « les informations ne sont pas confidentielles et cela me dérange ».

En réalité, si les professionnels aujourd’hui souhaitent être présents sur les réseaux sociaux ou dans des communautés réelles, la constitution d’un réseau est évidemment la principale raison (75%), échanger sur des thèmes précis avec des pairs (56%) est également l’une des volontés des membres de ces réseaux, comme trouver des partenaires / des fournisseurs (52%). Pour certains membres, il s’agit de faire du business, de trouver des clients ou de faire partager son savoir faire.

Enfin, les dernières questions de l’enquête avaient pour intérêt d’obtenir des réponses liées directement aux projets de CAP-TIC. Il s’agissait de se pencher sur les thèmes attendus par les entrepreneurs sur lesquels échanger, partager et obtenir des informations utiles dans leur activité. Les thèmes souhaités sont la création  (48%), le financement et la formation (35%) ou encore le recrutement ou la gestion des ressources humaines (31%). Parmi les sujets cités spontanément, la communication, le marketing ou encore le développement commercial ou la relation clientèle sont ceux attendus.

Si nous nous penchons sur la confiance envers les plateformes communautaires, il apparaît que l’intervention d’experts avec une veille et une médiation est sensiblement préférable (89,5% de confiance) par rapport à un media communautaire sans médiation (56% de confiance). Mais les sondés ont souhaité porter notre attention sur l’importance de prouver le rôle des experts et de ne pas proposer un énième media communautaire. De réelles lacunes sur les réseaux existants sont relevées et même s’ils sont appréciés, les entrepreneurs ont pointé le manque de sécurité de ces réseaux. La confidentialité des informations personnelles ou professionnelles serait un plus voire une valeur ajoutée sur le paysage des médias communautaires.

L’avis de l’expert CAP-TIC

L’enquête réalisée par CAP-TIC, en partenariat avec Widoobiz, avait pour objectif de mettre en exergue les points clés et les limites pour les professionnels des réseaux communautaires existants.

En tant qu’entrepreneurs, vous êtes liés à une ville, une région. Chaque commune devrait avoir pour objectif de vous accompagner dans votre évolution, votre développement. En effet, chaque TPE, PME représente un facteur clé de réussite dans l’essor économique de sa région.

C’est pourquoi CAP-TIC s’intéresse de près aux entrepreneurs pour proposer dans chaque région la construction d’un media communautaire local pour les professionnels avec un bouquet de services et des contenus qualifiés.

Les résultats des premières questions sont proches de ceux déjà obtenus sur le sujet des réseaux sociaux : Facebook est le réseau le plus utilisé et apprécié au point de vue personnel et Viadeo pour un usage professionnel. Des réponses en adéquation avec les objectifs de ces outils communautaires.

De nombreux participants ont précisé que s’ils étaient inscrits et utilisateurs de ces plateformes, il s’agissait presque d’une obligation, une nécessité de suivre la tendance (sans parler d’effet de mode). Aujourd’hui, les réseaux communautaires ont pris une place importante (pour certains, une trop grande place) et nombreux sont les entrepreneurs qui souhaiteraient être guidés ou accompagnés dans la prise en main de ces réseaux : Quels objectifs ? Que recherche t-on ? Que peut-on réellement en attendre ? Est ce que je peux en tirer parti en fonction de mon activité ? Comment contacter mes clients potentiels ? Comment veiller sur mes concurrents ?

Choisir le(s) bon(s) réseau(x) en fonction de l’activité, de sa fonction, de sa région, de ses objectifs ou ses attentes est une étape capitale qu’il ne faut pas négliger.

Le ton des messages, les informations communiquées seront différentes sur chaque réseau et les retours sur le temps passé également.

Les réseaux dits réels (clubs d’entrepreneurs, CCI, organismes consulaires, etc) sont pour beaucoup très importants. La confiance envers ces rencontres est bien plus forte que celle accordée aux réseaux en ligne ; malheureusement, le manque de temps, de réseau correspond à l’activité  ou d’échanges peu qualifiés sont des raisons d’une non adhésion aux réseaux réels.

L’avantage d’un réseau local professionnel permet ainsi de réunir la même typologie de membres (des professionnels), les mêmes problématiques (liées à la localisation géographique) ou de trouver des partenaires proches de soi. Selon CAP-TIC, les réseaux de demain seront ces plateformes locales où les échanges qui débutent en ligne continueront, grâce à la proximité et au ciblage des objectifs de chacun, en face à face pour des évolutions communes.

Enquête réalisée en mars 2011 sur 250 auditeurs de Widoobiz.

Julien Noronha

Julien Noronha

Animateur

Entrepreneur, co-fondateur de Widoobiz.

Pas encore de commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux