Télétravail : les demandes des papas mieux perçues par les entreprises

teletravail

Les demandes de flexibilité sur les horaires de travail  formulées par les femmes sont toujours perçues par les entreprises comme un manque d’engagement.

Le télétravail a toujours été une question de genre. Le dispositif a d’ailleurs toujours été présenté comme un outil efficace de réduction des inégalités entre les hommes et les femmes : les femmes peuvent avoir une vie de famille sans sacrifier une vie professionnelle ; les hommes gardent une vie de famille, sans mettre une croix sur leurs aspirations de carrière.

Seul problème, demander à ses supérieurs de travailler une journée par semaine de chez soi n’est pas toujours simple. Surtout s’il s’agit d’une femme. D’après une étude présentée lors d’une conférence de l’association américaine de sociologie, certains managers pensent toujours que la maternité et les ambitions professionnelles sont incompatibles.

« Waouw, c’est vraiment un gars bien »

Sur les 660 personnes interrogées aux quatre coins des USA, l’étude montre que les femmes qui demandent à travailler deux jours par semaines de chez elles sont perçues comme moins engagées que leurs collègues. Pire, elles seraient moins respectées et moins appréciées que leurs collègues masculins qui font la même demande.

Les auteurs de l’étude ont également imaginé un scénario où les personnes interrogées sont dans la peau du décideur. Dans le cas où les personnes ont besoin de travailler de chez soi afin de s’occuper d’un enfant, 70% des personnes sont prêtes à accepter quand il s’agit d’un homme… contre 57% si c’est une femme.

Pour Christin Munsch, un professeur assistant en sociologie de l’université de Furman, cette réaction étonnante est en réalité le produit d’une idée ancienne selon laquelle : les femmes doivent s’occuper de la famille. Aux hommes de ramener l’argent à la maison. S’ils sont amenés à aider, les gens se disent « Waouw, c’est vraiment un gars bien », explique le scientifique.

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

2 Commentaires
  1. navrant… mais pas étonnant ! les femmes revenant de congé parental sont souvent très mal accueillies dans leur entreprise, mais j’ai un ami parti deux ans en congé sans solde à tahiti : en revenant, il a été promu à de plus grands responsabilités !!! sa boite voulait lui donner envie de rester…. No comment !

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux