Pourquoi PrintOclock voit son chiffre d’affaires augmenter tous les ans ?

Dans un contexte économique complexe, PrintOclock, numéro 1 indépendant de l’impression en ligne voit son chiffre d’affaires augmenter constamment.

Une bonne leçon entrepreneuriale. Depuis sa création en 2008, le chiffre d’affaires de PrintOclock ne cesse d’augmenter. En 2012, l’entreprise enregistrait un CA de 5,6M€. 4 ans plus tard, elle le porte à 9M€. Pour Antoine Roux, fondateur de la société il n’ a pas de secret : il faut réinvestir sans cesse.

« Cette année encore et alors que le marché reste très tendu et que l’offensive des pureplayers étrangers s’intensifie, nous nous félicitons de connaitre une forte croissance. Nous avons à cœur de répondre à une demande grandissante. Et pour cela, 5M€ seront investis à l’horizon 2018, notamment dans l’outil de production, avec la construction
d’une usine de 2500 m². Le développement de PrintOclock se poursuit, symbole de la réussite du savoir-faire Made in France, dans un esprit éthique », commente le dirigeant.

Une politique d’investissement assumée

Un investissement de 5 millions d’euros qui prouve la volonté d’Antoine Roux de défendre l’imprimerie française face aux pureplayers étrangers. Grâce à des subventions de l’UE obtenues avec le soutien du Conseil Régional et de la CCI de Toulouse, l’entreprise avait déjà démontré sa politique assumée d’investissement.

Aujourd’hui, preuve qu’elle est en perpétuelle quête d’innovation, PrintOclock va consacrer 5M€ à l’outil de production et à la R&D. 2 millions d’euros vont permettre la construction d’une nouvelle usine. 2 autres millions seront alloués à l’outil industriel de l’entreprise.

Un point d’honneur à l’innovation

Quant au dernier million, il sera consacré à l’innovation. L’entreprise met un point d’honneur à l’innovation à travers la conception de nouveaux services et produits éco-conçus (application mobile …). PrintOclock soutient d’ailleurs l’innovation chez les autres. L’entreprise a investi dans 4 startups, dont 3 jeunes pousses toulousaines : Yestudent, Boxmyjob, Ilmefaut.

Et, pour accompagner son plan d’investissement ambitieux, Antoine Roux a compris qu’il devrait agrandir son équipe, et vite. Le dirigeant prévoit de recruter 10 personnes d’ici 2017 dans le marketing, l’informatique ou le design. Un moyen pour l’entreprise dont le slogan n’est autre que « tarifs et délais de choc » de conserver sa réactivité face aux commandes.

Il n’y a pas de secret.

#Replay : Et pour être plus productif, il est conseillé de faire du sport en entreprise. C’est le message que vous fait passer Sarah Ourahmoune, Vice-championne Olympique dans cette chronique :

@Julie Galeski

Julie Galeski

Julie Galeski

Rédactrice pour Widoobiz, Julie Galeski couvre l'actualité des entreprises et des entrepreneurs. Amatrice de Taekwondo et passionnée de sciences-économiques, Julie Galeski tente d'apporter ses valeurs et sa culture dans ses actualités Entrepreneurs & Startups.

Pas encore de commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux