MENU

Web
Catégorie

Qu’est ce que la gestion de projet agile ?

La chronique de Frantz Miccoli

18 avril 2014

Gestion de projet agile - Frantz Miccoli

Il est question de gestion de projet agile aujourd’hui dans la chronique expert de Frantz Miccoli, expert en innovation et technologie. Il nous décrit ici les étapes de construction d’un projet informatique à suivre afin que les objectifs, les équipes techniques et le gestionnaire soient coordonnés.

Tout d’abord, il faut penser aux motivations et à l’approche que l’on souhaite aborder dans ce projet. Cependant, en informatique, il est très courant de devoir faire face à des changements au fur et à mesure de la construction du projet. En effet, les besoins évoluent malgré le besoin de stabilité des développeurs dans leur travail. Le problème est donc de trouver un compromis entre ces modifications régulières et l’équilibre des équipes techniques.

« L’idée est d’avoir un processus qui intègre des changements ». On met donc en place une suite de petites périodes de travail, des séquences d’actions appelées « itérations », dans lesquelles on s’autorise à faire des changements sur le projet. Il faut se fixer une liste d’objectifs pour chacune d’entre elles, les prioriser, puis informer les équipes techniques. Même si on prévoit tout ce dont on a besoin « à un instant T » et que cela change demain, les développeurs entameront les changements dès la prochaine itération. Leur but étant de produire un logiciel viable à la fin de l’itération.

Des étapes précises et un travail minutieux pour un projet sûr et réussi.

Lire l'article

Pourquoi faut-il faire des prototypes ?

La chronique de Frantz Miccoli

11 avril 2014

Prototype - Frantz Miccoli

Lorsque l’on a l’idée d’un projet, est-il vraiment nécessaire de passer par l’étape du prototype avant la réalisation ? Ces dépenses sont-elles vraiment indispensables ? Aujourd’hui, Frantz Miccoli, expert en innovation et technologie, nous donne les raisons valables pour réaliser ou non un prototype avant chaque projet.

Souvent, on passe la phase prototype car on a l’impression que l’on va dépenser du temps et des ressources à faire quelque chose d’éphémère. On se dit « je voudrais faire cette application web, je pense qu’elle est possible » et on passe tout de suite à la réalisation. Mais cette réalisation concrète prend beaucoup plus de temps et de ressources que de faire un prototype car si l’on écarte certaines contraintes (sécurité, fonctionnalités annexes, etc.), on peut arriver rapidement à un « proof of concept » (la preuve de concept) qui aura un certain nombre d’avantages justifiant largement la perte de temps.

Une fois le prototype réalisé, il peut servir à valider un projet auprès d’investisseurs puisqu’ils pourront se projeter et constater le travail d’une équipe. Aussi, il permet d’être plus crédible auprès des clients car on leur présente à quoi ressemble le produit fini. Enfin, personnellement, le prototype nous permet d’avoir un référentiel de notre projet et il prouve que l’on a déjà « validé son environnement »; c’est-à-dire l’équipe qui a appris a travaillé sur le projet et l’environnement technique.

Finalement, il y a différents niveaux de prototypes mais l’important est de trouver le bon compromis entre le temps que le prototype va nous prendre et ce qu’il va nous apporter.

Lire l'article

Doit-on payer pour des logiciels de productivité ?

La chronique de Frantz Miccoli

4 avril 2014

Miccoli - logiciels de productivité

Frantz Miccoli, expert en innovation et technologie, nous parle aujourd’hui de logiciels de productivité et de leurs coûts. Alors doit-on payer pour un logiciel de productivité ? Notre expert nous répond sans hésiter que oui, mais pourquoi ?

Aujourd’hui, nous sommes entrés dans une « culture du gratuit » et nous avons même acquis cette idée que « si c’est en ligne et numérique, cela se copie facilement et il ne faut pas payer ». Ce qui fait que nous sommes parfois psychologiquement bloqués par un logiciel coûtant une dizaine d’euros par exemple, alors que cela ne représente rien lorsque l’on est dans le business.

Cependant, il existe également « la culture du logiciel que l’on a accepté de payer ». En effet, pour celui-ci, on a passé la barrière et on le garde à vie. Aujourd’hui, par exemple, « cela ne choque personne de payer des frais de licence pour avoir un système d’exploitation comme Windows, sachant que personne ne payait pour Microsoft Office ». Mais lorsqu’il s’agit d’un nouveau logiciel, on est capable de réfléchir pendant des heures avant de se décider à l’acheter. Pourtant, « si un logiciel nous coûte 10 €, mais nous fait gagner 20 minutes par jour, il ne faut pas hésiter ».

Enfin, pour savoir si l’on doit investir dans un logiciel ou non, il faut d’abord réaliser sa perte de productivité. Elle se mesure selon 2 axes: la perte de temps due à des tâches répétitives, et la perte de motivation des salariés ou collaborateurs, à cause de cette répétitivité justement. Frantz Miccoli nous donne une solution pour gagner en productivité avec l’outil de traitement d’e-mails Boomerang, qui permet de gagner du temps et par conséquent, d’être plus productif sur autre chose. Pour notre expert, le petit plus de ces logiciels de productivité est que leur valeur ajoutée « se chiffre relativement bien ».

Lire l'article

SlimBooks : réinventer le livre

La chronique de Frantz Miccoli

28 mars 2014

SlimBooks

Frantz Miccoli, expert en Innovation et Technologie, nous parle aujourd’hui d’une start-up qui lui a tapé dans l’œil par son concept intéressant, il s’agit de SlimBooks.

L’idée de cette entreprise américaine est de réinventer le livre. Pourquoi ? Car un « livre est historiquement épais, mais pas forcément pour les bonnes raisons, car les auteurs étaient payés à la volumétrie de pages écrites: on comprend donc beaucoup plus le style ».

Aujourd’hui, les e-books viennent casser le format traditionnel du livre. Ainsi, SlimBooks vend des livres « pas épais et en format e-books ». En effet, lorsque l’on achète un livre, c’est souvent parce que l’on veut lire ce que quelqu’un a à dire. Et si cette personne peut le dire en quelques mots, alors pourquoi le faire en centaines de pages ?

Ce qui est intéressant, c’est que le concept de SlimBooks n’est « pas une innovation technique, mais juste une nouvelle maison d’édition qui a repensé le modèle traditionnel du livre ».

Frantz Miccoli propose donc cette idée aux entrepreneurs français puisqu’il n’existe pas de version pour les ouvrages francophones. Une idée qui ouvrira peut-être le chemin à ceux qui n’aiment pas beaucoup écrire, ou encore, ceux qui sont démotivés à l’idée de lire un ouvrage de plusieurs centaines de pages.

Lire l'article

Comment vérifier la qualité d’un logiciel

La chronique de Frantz Miccoli

7 mars 2014

logiciel

Notre expert Frantz Miccoli répond une question essentielle lorsque l’on commande un logiciel pour son site: comment vérifier la qualité d’un logiciel ?

En effet, on a souvent tendance à croire que la qualité d’un logiciel se vérifie en se connectant tout simplement sur son site et en testant ses fonctionnalités les unes après les autres. Le fait est que si on y trouve des bugs, on va demander au développeur de le retoucher, puis on ira retester ces fonctionnalités, mais plus les autres. Seulement, en corrigeant celles-ci, le corrigeur aura sûrement touché et déréglé d’autres paramètres. Ce qui fait qu’à la énième retouche, les corrections seront de moins en moins bien faites et le site aura des problèmes.

Des méthodes techniques mais une validation humaine

Frantz Miccoli nous donne quelques solutions afin de limiter ces problèmes et d’optimiser notre logiciel. Nous pouvons donc utiliser des méthodes techniques comme les tests fonctionnels automatisés, les tests unitaires, ou encore mettre en place des standards de développement afin d’uniformiser les choses. Tous ces outils sont rassemblés dans des « plateformes d’intégration continues » afin de détecter les erreurs le plus tôt possible.

Il est également possible de faire un cahier listant chaque étape du développement, afin de suivre l’avancement de la réalisation et peut-être déterminer plus facilement la source du problème. Enfin, Frantz Miccoli conseille une validation finale « humaine ». Car même dans les process les plus automatisés, « il est toujours mieux d’avoir le feu vert d’un humain ».

Lire l'article

Les MOOC vont-ils tenir la distance ?

La chronique de Frantz Miccoli

28 février 2014

Mooc

Notre chroniqueur Frantz Miccoli, expert en innovation et technologie, nous parle aujourd’hui des MOOC. Ils ont de plus en plus de succès et pourtant, tout le monde ne sait pas encore ce que c’est.

Les MOOC sont les « Massive Open Online Course », c’est-à-dire des cours gratuits et en ligne. Ce concept est déjà assez installé aux États-Unis, mais également en Europe et récolte un franc succès. Aujourd’hui, beaucoup de grandes universités et d’écoles prestigieuses s’inscrivent dans cette tendance de fournir des cours via le web. Ainsi, de nombreuses plateformes existent, toutes « axées dans l’esprit d’une éducation moins chère et accessible à tous ».

Mais quel est donc le business modèle de ces plateformes de cours gratuits ? En fait, il en existe deux. Elles peuvent fonctionner par la « vente de certificat » en faisant payer les cours aboutissant à l’obtention d’un diplôme. Ou bien, elles font la « promotion des institutions » en offrant par exemple, les cours de la 1ère année de MBA, et en faisant payer les cours restants jusqu’au diplôme.

Les cours fournis par les MOOC sont généralement de grande qualité, mais une question se pose déjà: cela va-t-il durer longtemps ? En effet, les grandes écoles et universités qui font payer leurs élèves des dizaines de milliers de dollars par an vont très bientôt se sentir menacées et le modèle devra forcément changer.

Lire l'article

Online Marketing : Adwords et vous

L'entrepreneur pratique, La chronique de Frantz Miccoli

21 février 2014

Adwords

Aujourd’hui, Frantz Miccoli nous parle de marketing online et d’un média qui suscite beaucoup d’interrogations de la part des marques et investisseurs, Adwords. Comment peut-on acheter des mots ? Comment payer ce qu’on achète ? Comment peut-on constater ses bénéfices ? Frantz Miccoli nous explique le fonctionnement de ce système de marketing et de publicité online.

Dans les adwords, on peut choisir le modèle du CPM (Coût pour Mille) avec lequel on payera à l’affichage de milliers de vues, ou bien le modèle du CPC (Coût par Clic), qui facture au clic des utilisateurs. Par exemple, « si j’ai une publicité pour laquelle je paye 2€ et que quelqu’un d’autre mise 10€, cela ne veut pas dire que sa publicité va être affichée avant la mienne. Car mon taux de clic peut être supérieur à celui de l’autre ». En effet, la régie publicitaire fait un calcul de rentabilité.

Alors est-il judicieux d’aller sur d’autres plateformes que Google pour faire de l’adwording ? Frantz Miccoli nous livre ici les avantages et les inconvénients d’aller explorer d’autres moyens de communication.

Lire l'article

Tout savoir sur le Bitcoin

L'entrepreneur pratique, La chronique de Frantz Miccoli

14 février 2014

Notre chroniqueur Frantz Miccoli, expert en innovation et technologie, nous dit tout ce qu’il faut savoir sur le bitcoin.

Le plus important à savoir sur le bitcoin est que c’est « une monnaie basée sur des principes de cryptographie, comme pour la sécurisation des transactions bancaires ». Un certain nombre de mécanismes font que c’est un système distribué et qu’il n’y a pas besoin d’un acteur central, comme une banque, pour faire une transaction bancaire avec sa carte lors d’un achat en ligne ou pour un paiement dans un terminal.

Concrètement, le bitcoin est « une monnaie totalement virtuelle servant de moyen de paiement qui résout certains problèmes numériques ». Frantz Miccoli nous livre les avantages et les inconvénients de cette valeur virtuelle. Par exemple, les transactions effectuées en bitcoin sont gratuites, sécurisées et sans délai ni intermédiaire. En revanche, étant donné que c’est anonyme et que les transactions ne peuvent être contrôlées, on peut s’en servir comme moyen de fraude.

Le bitcoin est donc un système à double tranchant et Frantz Miccoli vous livre les principaux éléments à connaître à propos de cette monnaie impalpable.

Lire l'article

Transformation d’entreprise : passer du produit au service

L'entrepreneur pratique, Les chroniques Experts d'IBM

31 octobre 2013

Nous avons le plaisir de retrouver Nicolas Odet, directeur général adjoint du groupe Hardis, partenaire d’IBM. Services ou produits, faut-il transformer l’entreprise ? C’est la question qu’il aborde aujourd’hui dans cette chronique des experts d’IBM.

On constate que désormais, les services prennent le pas sur les produits. Ainsi, on s’adresse à ses clients en essayant de répondre à l’intégralité d’un besoin, de couvrir une solution globale plutôt que proposer un produit en tant que tel. La partie du service devient plus importante. En conséquence, une transformation de l’entreprise s’impose.

Nicolas Odet explique comment l’ensemble de l’entreprise doit apprendre à passer d’une culture « produit » à une culture « service » en étant à l’écoute des clients et en se faisant accompagner.

 

Lire l'article

Mobilité : les innovations qui aident à mieux vendre

L'entrepreneur pratique, Les chroniques Experts d'IBM

29 octobre 2013

Nicolas Odet, directeur général adjoint du Groupe Hardis, partenaire d‘IBM, est aujourd’hui avec nous pour une nouvelle chronique sur la mobilité et ses innovations utiles qui aident à mieux vendre.

Il nous parle de la distribution et des applications qui sont faites en termes d’expériences clients, à l’intérieur du magasin, avec des outils de mobilité. Cartographie ou géolocalisation « indoor » vont permettre au client qui se situera dans un magasin d’avoir une expérience unique et de favoriser des achats de produits qu’il aura pu consulter sur internet, par exemple.

Nicolas Odet nous en apprend plus sur ces technologies mobiles dans cette nouvelle chronique des Experts d’IBM.

 

Lire l'article

IBM

137

Pourquoi la mobilité doit-elle s’inspirer de la distribution ?

L'entrepreneur pratique, Les chroniques Experts d'IBM

24 octobre 2013

IBMCette nouvelle chronique des experts d’IBM nous est aujourd’hui délivrée par Nicolas Odet, directeur général adjoint du Groupe Hardis, partenaire d’IBM. Il aborde le sujet de la mobilité quand elle s’inspire de la distribution.

La distribution est un secteur particulièrement en avance sur le sujet de la mobilité. On va savoir y utiliser un certain nombre d’éléments liés au parcours du client à l’intérieur du magasin, lui proposer des promotions ou faire le lien avec ce qui a pu être vu sur internet sur les sites e-commerce. Les technologies de géolocalisation utilisées dans la distribution vont pouvoir être utilisées dans le monde de l’industrie, et ce dans différents secteurs que vous découvrirez en écoutant l’intégralité de cette chronique de Nicolas Odet.

Lire l'article

Comment voir plus clair dans une offre de « Cloud Computing » ?

L'entrepreneur pratique, Les chroniques Experts d'IBM

17 octobre 2013

IBMNous sommes avec notre expert d’IBM, Patrice Lagorsse, cofondateur, responsable Business Development chez Aspaway, partenaire d’IBM. Il nous propose de nous dire comment voir plus clair dans une offre de Cloud Computing.

Après avoir énoncé un certain nombre de risques liés au modèle « Cloud », tant au niveau technique, juridique, maintenance ou sécurité, Patrice Lagorsse évoque les différentes questions qui interpellent les entreprises, à découvrir dans cette chronique d’experts d’IBM.

Lire l'article

IBM

143

Cloud Computing : changements et révolutions chez les éditeurs

L'entrepreneur pratique, Les chroniques Experts d'IBM

15 octobre 2013

IBMPour cette nouvelle chronique des experts d‘IBM, nous retrouvons un de ses partenaires, Patrice Lagorsse, fondateur d’Aspaway. Il nous propose un nouveau sujet sur le Cloud Computing. Il évoque  aujourd’hui les révolutions et changements inhérents à ce phénomène, chez les éditeurs.

Le déploiement d’applications en mode SaaS ou en mode Cloud ne changera pas le métier des éditeurs. En revanche, avec la mise en place de solutions en mode Saas, ils vont devoir se réorganiser complètement pour être en capacité de gérer leur propre « delivering » en allant rechercher de la puissance et de la ressource dans le Cloud. Ou encore, ils devront s’adresser à des entreprises pour construire des offres en mode SaaS et être en capacité d’assurer un complément nécessaire qui leur permettra de déployer leurs applications en mode hébergé. Aspaway avec IBM travaillent sur ces solutions.

Vous en apprendrez davantage en écoutant cette chronique des experts d’IBM, proposée par Patrice Lagorsse.

Lire l'article