Algérie Siemens 50 ans


Siemens : 50 ans de présence en Algérie

«Travaillez où et quand vous le voulez ! », tel est le concept du nouveau siège de Siemens Algérie, présenté mercredi dernier lors d’une conférence de presse animée par le directeur général de l’entreprise, M. Ben Ali Khoudja, à l’occasion de la célébration du cinquantième anniversaire de présence de Siemens en Algérie, soit depuis août 1962.«Travaillez où et quand vous le voulez ! », tel est le concept du nouveau siège de Siemens Algérie, présenté mercredi dernier lors d’une conférence de presse animée par le directeur général de l’entreprise, M. Ben Ali Khoudja, à l’occasion de la célébration du cinquantième anniversaire de présence de Siemens en Algérie, soit depuis août 1962. D’emblée, l’orateur soulignera qu’avec l’inauguration officielle de ce siège, Siemens veut en fait réaffirmer son engagement vis-à-vis de l’Algérie. Tout en admettant, sans gêne aucune, un ralentissement du marché, entre fin 2010 et juin 2011, un ralentissement associé, selon lui, à plusieurs raisons dont notamment l’obligation d’investir, M. Ben Ali Khoudja restera cependant, toujours très confiant sur le sujet. A ce propos, il soulignera qu’un travail est en train de se faire pour définir l’ensemble des mécanismes à même de « redémarrer la machine ». Pour les projets à venir, il fera savoir que l’entreprise qui a gagné en 2010 deux grands contrats pétroliers en plus de 2 autres importants projets de haute tension est particulièrement intéressée par l’extension des métros.
Implanté sur une surface de plus de 1.000 mètres carrés, ce nouveau siège, un immeuble à 8 niveaux, dispose de toutes les commodités privilégiant la communication à l’intérieur de l’entreprise. Il recèle également des espaces plus intimes permettant l’isolement et la détente, lorsque cela s’impose, comme souligné par l’orateur. Aussi, cette culture de travail amélioré, durable et d’un environnement adapté a notamment pour objectif d’attirer les talents et de les retenir.
Depuis la création de la société régionale, le 1er octobre 2002,  pour un investissement de plus de 300 millions de dinars, Siemens Algérie qui est passé en SPA à peine trois ans après, a donné des signes forts de sa volonté de développement et de sa confiance dans l’avenir de l’Algérie. Aussi, et répondant au souci d’implanter la société de manière durable en Algérie, Siemens a acquis une participation majoritaire dans une société algérienne de signalisation ferroviaire. Elle qui est présente dans différents secteurs d’activités dans notre pays (automatisme et entraînements, ingénierie, service et transport ferroviaire pour le secteur de l’industrie, production et distribution de l’énergie électrique pour le secteur de l’énergie et l’imagerie médical pour le secteur de la santé, services et solutions pour les réseaux de télécommunications mobiles) et qui va se lancer, dès octobre prochain, dans un nouveau créneau, celui dédié à l’infrastructure et les mégapoles pour lesquelles Siemens Algérie compte proposer des solutions innovantes.
Parmi les références de Siemens en Algérie, l’on peut citer la centrale thermique de Cap Djenat, mise en service, en 1986, la réalisation en décembre 2004 d’une centrale de turbines à gaz à Berrouaghia, accompagnée d’un contrat d’exploitation et de maintenance pour une durée de 7 ans et différents produits et solutions dans le domaine des hydrocarbures, de la pétrochimie, des cimenterie et de l’hydraulique où elle fournit depuis 25 ans, clefs en main. Autre référence et non des moindres, Siemens réalise en consortium avec les sociétés Vinci et Caf, la première ligne de métro d’Alger sous la direction de Siemens France. Le contrat de 380 millions d’euros a été signé en janvier de l’année 2006 entre le consortium et l’entreprise Métro d’Alger.
Présent dans plus de 190 pays, Siemens a été la première multinationale à avoir obtenu son registre du commerce en Algérie, en 1962. Bien avant cela, voire, depuis 1857 déjà, le fondateur du groupe Werner Von Siemens participait déjà à l’installation du 1er câble télégraphique en haute mer entre l’Europe et l’Afrique, plus particulièrement entre Cagliari et Annaba. C’est dire si les relations remontent à très loin dans l’histoire et dénotent du degré de leur longévité.
Soraya G..elmoudjahid

plbd

Patrick Le berrigaud consultant Urbanisme Europe Algerie communication ALGER CENTRE D'AFFAIRES

Pas encore de commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux