Port de Béjaïa croissance 2012

Le port de Béjaïa retrouve le chemin de la croissance
BEJAIA – Le port de Béjaïa a retrouvé en 2011 son entière vitalité en réalisant un taux de croissance de l’ordre de 7%, représentant un trafic traité de plus de 13,5 millions de tonnes contre 12,7 millions en 2010, selon le PDG de l’entreprise portuaire de Bejaia (EPB), Djelloul Achour.
Cette embellie a été générée en grande partie par la reprise du trafic des hydrocarbures qui, depuis 2009, a reculé sensiblement à cause de la rénovation d’une partie du pipe-line reliant Bejaia à Hassi-Messaoud, et qui s’est traduit, pendant ce laps de temps, par une réduction drastique des exportations à partir de Béjaïa.
Le poids de ce poste (Hydrocarbures) dans la nomenclature des activités globales du port, a fortement influé en effet les résultats obtenus de ces deux dernières années, voués à la baisse, malgré le dynamisme, affiché par celui des marchandises générales, qui a continué certes a progressé mais sans influence notable la chute des exportations d’hydrocarbures, a expliqué M. Achour.
La reprise de ces exportations depuis octobre dernier, allié à la crue du trafic hors hydrocarbures, siège d’un volume traité de 9,39 millions de tonnes contre 8,9 millions de tonnes, soit une variation de plus de 5,66%, ont concouru à tirer vers le haut l’ensemble du bilan de l’année, a-t-il ajouté, précisant que pour leurs parts, les hydrocarbures, à l’embarquement et au débarquement, durant l’année ont atteint 4,2 millions de tonnes contre 3,8 millions de tonnes en 2010.
La hausse du trafic des marchandises hors hydrocarbures, réalisé quasi-exclusivement à l’importation, quant à elle, a été le fait de l’évolution du trafic des céréales (+13%), le bois, (+6%) et les produits ferreux (+28%). En revanche, les exportations, déjà jugées modestes antérieurement, ont marqué le pas, baissant de 6,4%, induite pour l’essentiel par le recul des exportations de sucre de plus de 11%, a-t-il relevé.
Par ailleurs, ce bilan, a fait apparaître un recul du nombre de navires enregistrés à l’entrée, passant de 1.310 navires en 2010 à 1.280 en 2011. Cette diminution n’a pas influé, pour autant, sur la jauge brute transportée, celle-ci, en évolution de 10%, ayant été compensé par la réception de gros navires, a-t-il précisé.APS

http://algerquartiermarine.blogspot.com/
patrick le berrigaud
radio web europe

plbd

Patrick Le berrigaud consultant Urbanisme Europe Algerie communication ALGER CENTRE D'AFFAIRES

Pas encore de commentaire

Comments are closed