Trois citations de Chateaubriand adaptées aux entrepreneurs

Trois citations de Chateaubriand adaptées aux entrepreneurs

Publié le 7 juillet 2014

chateaubriand
Avec des citations de Chateaubriand en tête, l’entrepreneur prend immanquablement le parti de la grandeur de la langue française.
« Je veux être Chateaubriand ou rien », disait le jeune Victor Hugo qui, en matière de littérature, savait choisir ses modèles. Après avoir traversé les périodes les plus instables, mais aussi les plus extraordinaires de l’histoire de France, François René de Chateaubriand est resté, avec ses Mémoires d’outre-tombe, comme le génial mémorialiste de son époque. Plus qu’un écrivain, il a été l’âme et l’incarnation littéraire la plus aboutie des passions contradictoires de son époque.
Un sens du verbe, dont les entrepreneurs peuvent s’inspirer quand les mots leur manquent.

 « Tout arrive par les idées, elles produisent les faits, qui ne leur servent que d’enveloppe »

À la source de tout projet se trouve une idée. Elle est parfois simple et aboutie ; elle est souvent partielle et inachevée. Quoi qu’il en soit, l’idée joue toujours le rôle d’étincelle dans le moteur à explosion d’un projet entrepreneurial. Pour prendre un exemple simple et connu, c’est parce que Louis Vuitton a eu l’idée d’un nouveau type de malle qu’il a pu créer sa société mondialement connue ; c’est parce qu’il a eu l’idée de connecter la vie des gens sur Internet que Mark Zuckerberg a pu faire de Facebook ce que l’on sait.
En clair, Chateaubriand invite tout le monde à prendre le risque de vivre ses idées, plutôt que de suivre celles des autres. Une ligne de conduite qui, à n’en pas douter, va parler aux entrepreneurs, habitués à défricher de nouveaux chemins.

« Le péril s’évanouit quand on ose le regarder »

De toutes les batailles idéologiques de son temps – révolution française, jacobins, Thermidor, Bonaparte, Napoléon, restauration et la monarchie de juillet – Chateaubriand n’a jamais hissé le drapeau blanc.
Et ce pour une raison simple, il n’a jamais eu peur des conséquences de ses choix. Que ce soit devant Napoléon, au faîte de sa puissance ou contre les différents ministres sous la restauration, Chateaubriand est resté droit dans ses bottes.
Une position de principe que les entrepreneurs doivent garder à l’esprit, même si les choix dépendent toujours des circonstances.

« Si l’homme est ingrat, l’humanité est reconnaissante »

Malgré toutes les vicissitudes que peuvent apporter les relations humaines, Chateaubriand ne désespère pas – ou ne veut pas désespérer de l’humanité. Là repose d’ailleurs tout le paradoxe de l’écrivain ambassadeur
Comme disait le général de Gaulle : « Chateaubriand est un désespéré… mais jusque dans son désespoir il fait face, il se redresse de toute sa taille » .
Face aux adversités de la vie, l’entrepreneur ne peut s’affaisser. Il faut savoir forcer le destin.

Tancrède Blondé

0 commentaires

Laisser un commentaire