En partenariat avec Les Echos Start, Widoobiz a demandé au dirigeant au fondateur de My Tailor is free, Guillaume Vandervoode, lors du Salon des Entrepreneurs de Marseille de revenir sur une phrase qui l’a obligée à se surpasser.

Faire. Il n’y a pas de secret pour Guillaume Vandervoode. Pour démarrer l’aventure de My Tailor is free, il a fallu faire. « On a commencé par faire une petite étude de marché. Et à un moment donné, il faut se lancer et prendre un risque. Pour moi, il n’y a pas vraiment eu de déclic », explique l’entrepreneur.

Des challenges qu’il a su relever l’un après l’autre. « D’abord, il a fallu trouver des associés. Parce que pour moi, entreprendre tout seul c’était compliqué ». Mais, ce n’était rien devant cette 2e problématique : trouver les financements. Un défi qu’il a su relever avec l’aide de son réseau et de partenaires qui ont su lui faire confiance.

Enfin, dernier défis et non pas des moindres : trouver des clients.  « Ça n’a pas été facile au début. Il a fallu se faire connaître en zone tertiaire avec une innovation d’usage assez particulière », ajoute l’entrepreneur. Ce qui est le cas aujourd’hui. Un startupper ne s’arrête jamais devant les difficultés.