Salon des Entrepreneurs de Paris : « Aujourd’hui, on monte sa boîte pour donner un sens à sa vie »

Salon des Entrepreneurs de Paris : « Aujourd’hui, on monte sa boîte pour donner un sens à sa vie »

salon-entrepreneurs-2018

Les 7 et 8 février prochains, ce ne sont pas moins de 65 000 créateurs et dirigeants d’entreprises qui sont attendus pour la 25ème édition du Salon des Entrepreneurs de Paris. Un quart de siècle qui a vu le monde de l’entrepreneuriat être bouleversé. 

« Il y a 25 ans, un entrepreneur, c’était quelqu’un qui travaillait dans le BTP ». Lors de la conférence de presse du rendez-vous business devenu incontournable, Xavier Kergall, DG du Salon des Entrepreneurs n’a pu s’empêcher de faire un bon en arrière pour pointer la profonde évolution qu’a connu la sphère entrepreneuriale durant ces dernières décennies.

« Il y a 25 ans, un entrepreneur, c’était quelqu’un qui travaillait dans le BTP »

« Avant, si l’on osait dire en repas de famille que l’on voulait monter sa boîte, on nous répondait qu’entrepreneur ce n’était pas un métier sérieux comme médecin ou avocat par exemples. Aujourd’hui, si vous voulez lancer votre startup, tout le monde va être derrière vous ». Autre phénomène marquant : la « starisation » des entrepreneurs à laquelle Jacques Antoine Granjon ou Xavier Niel ont d’ailleurs nettement participé.

Et si la croissance connaît son plus haut niveau depuis 6 ans (1,9%), comme l’ont annoncé les différents médias hier matin, 2018 connaît un autre record : celui du nombre de créations d’entreprises (chiffres de 2017). L’année dernière, l’Insee a enregistré 591 000 nouvelles entreprises, soit une hausse de 7% par rapport à l’année précédente. « Ce qui me frappe aussi, c’est l’âge de ces créateurs, en baisse chaque année », commente Xavier Kergall.

Monter son entreprise pour « donner un sens à sa vie », selon l’Insee

Les chefs d’entreprise sont de plus en plus jeunes… Mais pourquoi ? Le salarié et son si vieil ami le CDI ne seraient-ils plus perçus comme le Graal de tout un chacun ? Selon l’Insee, 46% des personnes qui se lancent dans l’entrepreneuriat le feraient pour une raison simple : la quête de liberté. Et 38% affirment choisir cette voie pour « donner un sens à leur vie ». Des motivations bien loin de la seule recherche de profit.

« Finalement, on ne monte plus sa boîte pour gagner de l’argent ou relever un challenge comme le prônait Bernard Tapie à la fin des années 80 avec son émission Ambitions. Les gens, les jeunes, créent leur entreprise pour s’épanouir et changer le monde », ajoute le Directeur Général du SDE.

Un avis que partage sans conteste Guillaume Gibault, le fondateur du Slip Français connu pour sa communication décalée, qui rejoindra une troupe de 150 « personnalités emblématiques » sur le Salon.

0 commentaires

Laisser un commentaire