Portrait-robot du dirigeant de demain

Quelles sont les attentes de la nouvelle génération de cadres dirigeants dans l’entreprise ? C’est la question que s’est posée le cabinet de recrutement Boyden, et qui a motivé une toute nouvelle étude* réalisée par l’Ifop début mars et révélée hier matin.

Dirigeant d'entreprise

Malgré les transformations permanentes qui façonnent le paysage économique, dans un monde ou tout s’accélère, les jeunes cadres gardent le moral. Au regard de ce sondage, ils semblent globalement satisfaits de leur situation professionnelle (pour 82 % d’entre eux) et assez optimistes en pensant à l’avenir. Plus que leurs aînés, qui sont en moyenne 10 % moins positifs à ce sujet. Et les récents changements survenus à la tête du pays n’y sont pas pour rien. En effet, 68 % des cadres interrogés estiment que le nouveau gouvernement va favoriser la transformation des entreprises françaises.

Publicité

Ils sont d’ailleurs 82 % à affirmer que leur entreprise se transforme actuellement. Des changement perçus de manière plutôt positive : pour la moitié des répondants, ils représentent une nécessité, voire même une opportunité. Et près d’un tiers y voit une source de créativité. Néanmoins, une partie d’entre eux reste sceptique, méfiante voire inquiète au regard de ces transformations – en particulier les cadres du secteur public.

« Si les changements actuels semblent plutôt d’ordre digital, les personnes interrogées sont plus concernées par les aspects humains »

On constate toutefois un vrai décalage entre les transformations qui surviennent actuellement dans l’entreprise et les attentes des jeunes cadres. Si les changements actuels semblent plutôt d’ordre digital, les personnes interrogées sont, quant à elles, plus concernées par les aspects humains. Elles aimeraient notamment voir une évolution des modes de rémunération des salariés, des styles de management, de la formation ou encore du développement collaboratif. Elles sont également sensibles au rythme auquel les décisions sont prises dans l’entreprise et à l’organisation du temps de travail.

Et pourquoi, dans ce cas, ne pas être eux-mêmes leaders et acteurs de ces mutations ? C’est une idée envisagée par 53 % d’entre eux, qui souhaitent accéder à des fonctions de direction, au sein de leur entreprise ou en créant leur propre structure. Sans surprise, la transformation qu’ils imaginent alors, en tant que dirigeant, est orientée vers l’humain et la performance de leurs collaborateurs. Ils citent en priorité l’évolution des styles de management, le collaboratif et le développement des compétences. En revanche, seuls 21 % d’entre eux citent désormais les modes de rémunération des salariés comme une priorité.

« Le dirigeant de demain semble être ambassadeur d’un projet commun »

Au regard de ce sondage, le dirigeant de demain semble être ambassadeur d’un projet commun. Il est capable de s’entourer de personnes expertes, qu’il manage avec empathie, et peut prendre des décisions rapidement, pour agir vite. Il incarne également les valeurs et la culture de l’entreprise, et sait prendre des risques dans un contexte business complexe et en perpétuelle évolution. Autres caractéristiques : il se donne le droit à l’erreur, et place l’humain au centre de son management – il est d’ailleurs particulièrement sensible à l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Les entreprises de demain sauront-elles alors mieux concilier performance et bien-être des employés ? L’avenir nous le dira…

*Cette étude a été menée via la méthode des quotas, auprès d’un échantillon de 801 cadres dirigeants âgés de 35 à 45 ans, issus d’un échantillon global de 2870 personnes, représentatif des cadres actifs au sein d’entreprises de 50 employés et plus.

Pauline Capmas-Delarue

À lire aussi :

Le management est mort, vive le management !
La nouvelle entreprise est en train de naître
Jean-Sébastien Hongre, entrepreneur la semaine, écrivain le week-end

Publicité
PARTAGER (139)
S'INSCRIRE A LA NEWSLETTER

4 Commentaires
  1. Jean-Claude

    5 avril 2018 21 h 02 min

    Face à la complexité, dans un monde incertain, le dirigeant de demain sera un leader paradoxal sachant concilier la dialectique permanente ordre et chaos.

  2. Nadia AYARI

    16 mai 2018 23 h 36 min

    En lisant cet article, je suis ravie de ce que l’avenir prépare et depuis toujours convaincue de la nécessité de changer les modes de vie au travail et de pensée. Depuis 20 ans, je travaille à accompagner des salariés, étudiants, dirigeants, managers, créateurs d’activités, demandeurs d’emploi dans leur stratégie de vie professionnelle et personnelle. Faire face aux changements, s’adapter aux évolutions demande de savoir évoluer soi-même et de grandir tous ensemble. Les nouvelles générations sauront se remettre en question et être attentives à la notion d’humain, non pour suivre un effet de mode ou un modèle théorique mais pour en avoir compris le sens dans la plus simple authenticité.
    Si l’équilibre vie professionnelle / vie personnelle n’est pas respecté, l’individu ne peut trouver sa place et être dans son efficacité et sa valeur.
    Prendre soin de soi, c’est prendre soin des autres.

  3. […] Portrait robot du dirigeant de demain En 2030, nos compétences seront-elles obsolètes ? […]

  4. […] marque innovante, cette épreuve aura inspiré à Isabelle une nouvelle façon d’envisager son rôle de dirigeante. « La maladie n’a pas forcément fait de moi une meilleure entrepreneure – je n’aurais […]

Laisse ton commentaire