Ce vendredi 1er juin, le Golf du Prieuré (78) a accueilli la deuxième édition du Start-up Golf Challenge. Entrepreneurs et investisseurs se sont affrontés lors d’une compétition de golf amicale et propice aux échanges.

Sport individuel le plus pratiqué après le tennis, le golf compte plus de 400 000 licenciés en France. L’Hexagone va d’ailleurs accueillir la Ryder Cup au mois de septembre, et espère ainsi démocratiser ce sport auprès des Millenials. Car aujourd’hui, la moyenne d’âge des joueurs est de 51 ans. Parmi eux, de nombreux dirigeants d’entreprises, qui viennent chercher dans ce sport un moyen de se détendre tout en développant leur business.

Golf du Prieuré

 

« Le golf est un bon moyen d’associer le plaisir aux affaires »

Fabrice Clément, organisateur du Start-up Golf Challenge, l’a bien compris. C’est pourquoi il a réuni pour la deuxième année consécutive entrepreneurs et investisseurs, pour une compétition amicale. Et si les investisseurs ont remporté la première édition, les entrepreneurs ont pu, cette année, prendre leur revanche. À l’issue de ce tournoi, tous les participants se sont retrouvés autour d’un déjeuner networking, au cours duquel quatre startups ont été invitées à pitcher : MC360, Irene Energy, CiviTime et Tech4Race.

Start-up Golf Challenge

« Le golf permet de rencontrer des gens d’autres métiers et ainsi de faire émerger de nouvelles idées. C’est un bon moyen d’associer le plaisir aux affaires », explique Eric Maréchal, expert manager chez Cunningham Lindsey et partenaire de l’événement. Et les quatre heures que durent une partie, en moyenne, laissent largement le temps d’échanger : il n’est alors pas rare que des accords soient conclus à l’issue d’une rencontre sur le green. « Au sein d’une activité ludique, les gens parlent plus facilement. Le business n’est pas forcément un but, mais on peut y arriver en discutant de choses et d’autres sur le parcours ».

« Sur le parcours, on se tutoie, on discute… Et quand on se revoit, le contact est plus facile »

D’autres apprécient les valeurs inculquées par ce sport, et les qualités qu’il permet de développer. « Le golf apprend à gérer la frustration et l’échec. Il permet aussi de se focaliser sur un objectif. Impossible de jouer correctement si on la tête ailleurs ! C’est donc un merveilleux sas de décompression pour un entrepreneur, une façon de se libérer », souligne Guillaume Remond, fondateur de Life Plus. Pour cet entrepreneur, le golf est également un bon moyen de networker. « J’ai rencontré l’ancien président de Silver Valley sur le green, sans savoir qui il était, au départ. Sur le parcours, on se tutoie, on discute… Et quand on se revoit, le contact est plus facile ».

Start-up Golf Challenge

Cette année, un quart des inscrits étaient des femmes. Florence Richardson et Cécile Bassot, de Femmes Business Angels, étaient au rendez-vous. « Notre présence, c’est une manière de supporter les initiatives qui rapprochent les investisseurs et les startups. Et c’est bien sûr l’occasion rencontrer des entrepreneurs et d’autres investisseurs, dans un cadre agréable et détendu.

Pauline Capmas-Delarue