Attention, disruption ! À l’heure où les progrès technologiques bouleversent notre société, il devient urgent de comprendre les codes de la disruption et se disrupter soi-même pour ne pas disparaitre. Dans Disruption, Stéphane Mallard délivre ses conseils pour nous aider à comprendre les normes de ce nouveau monde.

« La seule solution, c’est de se saborder ». Stéphane Mallard, à l’origine de l’ouvrage Disruption livre un constat implacable : aujourd’hui, il est impératif « de se disrupter soi-même pour ne pas disparaitre. » Et l’auteur d’ajouter : « la seule solution pour les entreprises, c’est de casser ce qu’elles savent faire pour inventer autre chose ».

D’aucuns pourraient craindre ce changement de culture. « Normalement, un entrepreneur, c’est déjà quelqu’un qui disrupte une industrie, puisqu’il fait quelque chose d’autre, de différent, de nouveau, en rendant obsolète au passage une manière de faire », explique Stéphane Mallard.

Le LSD pour se disrupter ?

Pour les autres, l’entrepreneur et conférencier délivre ses conseils. Selon lui, il existe trois méthodes pour se disrupter, dont une assez controversée (et pourtant largement répandue dans la Silicon Valley) : la consommation de LSD. Une pratique certes illégale. Pour autant, l’expert en transformation digitale se plaît à rappeler que « c’est comme ça que Steve Jobs créait ».

Si la disruption provoque généralement la peur, lui, préfère y voir l’espoir. « Pour moi, c’est uniquement une bonne nouvelle (…) On me dit souvent ‘Vous voulez tout voir disparaître’. Mais oui, c’est vrai ! Et c’est une excellente nouvelle, parce qu’on fait pousser un nouveau monde ». Un monde régi notamment par « l’empathie » et « la confiance ».

Mathilde Degorce

À lire aussi :

Comment lancer sa boîte avec les réseaux sociaux 

Le marketing digital ne peut pas tout pour votre entreprise