Helper, le drone qui sauve des vies en mer

Oubliez Alerte à Malibu ! Trois Français ont inventé des drones qui agissent avant l’intervention des secours en mer. Résultat ? Helper Drone a déjà sauvé plusieurs personnes de la noyade le long des côtes landaises.

 

Vous êtes parti nager un peu trop loin des côtes et n’arrivez plus à les regagner ? Pamela Anderson et son cultissime maillot de bain rouge d’Alerte à Malibu ne viendront pas jusqu’à vous, car votre sauveur pourrait bien être un drone ! Les frères Anthony et David Gavend, entourés du médecin d’urgence maritime et surfeur amateur Fabien Farge, ont imaginé des drones capables de sauver des vies.

Baptisés HELPER (comprendre Human Environment and Life Protection Emergency Response), ces appareils quadrirotors de 4 kg peuvent atteindre les 50 km/h et transporter 1,5 kg de charges. Munies d’une bouteille d’oxygène, d’une bouée de sauvetage se gonflant au contact de l’eau, ces machines hightech volent littéralement au secours de gens risquant la noyade.

Puisque le facteur temps est absolument déterminant pour sauver des vies dans de telles situations, le Helper Drone permet de gagner quelques minutes souvent vitales avant l’arrivée des secours. Afin de faciliter la localisation de la personne en situation de détresse et lui apporter les premiers soins, l’engin est d’ailleurs pourvu d’une radio et d’une puce GPS.

Une vraie bénédiction pour les côtes françaises, d’autant que l’Hexagone a connu une forte augmentation des noyades cet été. 373 personnes sont décédées entre le 1er juin et le 9 août 2018 (contre 329 en 2015), selon un rapport de Santé publique France.

« Nous avons fait de la France le seul pays à sauver des vies grâce aux drones »

Pour Helper Drone, le grand bain a commencé en 2016 sur les plages de Biscarosse. La station balnéaire a rapidement été suivie par d’autres communes des Landes, à l’image de Lacanau et Messanges.

Les villes côtières ne sont pas les seules à plébisciter la startup. Les installations offshores sont elles aussi très demandeuses. « On a été les premiers à partir sur les plateformes pétrolières avec Total pour mener des tests sur l’environnement, la sécurité », atteste Anthony Gavend.

Et ces frères Géo Trouvetout ont de quoi être fiers : en deux années d’expérimentation sur les plages françaises, leur dispositif a permis de sauver six vies. « Nous sommes leaders sur ce marché et avons fait de la France le seul pays au monde à sauver des gens grâce aux drones », souligne Anthony Gavend. Une efficacité qui leur a valu le 1er prix du concours Lépine en 2016 et pourrait bien faire des petits dans le monde entier. D’ailleurs, début 2018, des maîtres-nageurs ont déployé un drone sur la plage australienne de Lennox Head pour sauver deux baigneurs.

« Chez Helper Drone, on adore l’échec ! »

Avec Helper Drone, Anthony Gavend n’en est pas à son coup d’essai. La création d’engins volants est la 5e activité du jeune chef d’entreprise. Seulement une n’a pas perduré. « C’était la première et j’étais beaucoup trop jeune ! », reconnaît Anthony. Surtout qu’à ses yeux, « c’est très compliqué de bien appréhender les risques en France, car nous ne sommes pas dans une culture d’entrepreneuriat ». Mais, alors, quelle recette applique-t-il avec son frère pour rencontrer un tel succès ?

Chez Helper Drone, « on adore l’échec ! On a une culture complètement inverse à celle de l’école où on sanctionne l’échec ». Le but avoué d’une telle philosophie est simple : « on apprend dans l’échec, (…) beaucoup moins de nos réussites, développe Anthony Gavend. L’échec est simplement la preuve que dans l’innovation, on peut aller encore plus loin (…). C’est comme ça qu’on a réussi à innover et faire des choses incroyables. »

Emilie Kremer

 À lire aussi :

Aude de Thuin, la Wonder Woman de l’entrepreneuriat

Richard Phan, du soleil de Californie au Lac d’Annecy

PARTAGER (20)
S'INSCRIRE A LA NEWSLETTER

1 Commentaire
  1. […] Helper, le drone qui sauve des vies en mer […]

Laisse ton commentaire