Et si la France était une entreprise comme les autres ? En remaniant le gouvernement, Edouard Philippe et Emmanuel Macron se sont prêtés à un exercice délicat qui rappelle fortement des situations déjà rencontrées en entreprise. 

Qui va partir ? Qui va rentrer ? Qui à l’Intérieur ? Depuis près de deux semaines et la démission de Gérard Collomb, les spéculations autour du remaniement vont bon train. Ce mardi 16 octobre, Édouard Philippe et Emmanuel Macron ont enfin décidé de mettre fin au suspense. À retenir : Christophe Castaner devient premier flic de France, la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances Delphine Gény-Stephann est remplacée par Agnès Pannier-Runacher et Franck Riester récupère le portefeuille de la ministre de la Culture Françoise Nyssen.

Mais au-delà du jeu des chaises musicales, ce passage du Gouvernement Philippe I à Philippe II est un parfait exemple du travail de transition qui peut être fait en politique comme dans une entreprise. C’est en tout cas ce que souligne Emmanuel Buée. À la tête du cabinet Cahra by H3O qu’il a fondé en 2009, il est spécialisé dans la transformation par le management et ne peut s’empêcher de commenter le remaniement : « Il y a des points communs évidents entre la direction d’un gouvernement et d’une entreprise. Dans les deux cas, l’équipe doit être complémentaire et regarder dans la même direction : celle fixée par un chef (ici le président de la République). Tout comme une entreprise, il y a ensuite un numéro 2 (ici le Premier ministre) qui donne l’impulsion avec une équipe (le gouvernement) qui peut s’apparenter au comité de direction. »

Ce que le remaniement nous apprend du management

 « Toutes les crises sont des opportunités »

Sur le temps qu’il a fallu au gouvernement pour annoncer son remaniement, le dirigeant sourcille. « Que ce soit pour le gouvernement ou dans une entreprise, il ne faut pas laisser des sujets importants sans réponse, cela peut créer des interrogations, du doute, voire des spéculations », conseille le fondateur du cabinet Cahra by H3O. Cependant il apprécie la communication claire qui a été faite mardi. « Pour moi, c’est un élément réussi. Ils gardent la parité, l’équilibre avec les politiques professionnels et ceux issus de la société civile. C’est en continuité avec ce qu’ils annoncent depuis qu’ils sont au pouvoir, ils restent cohérents », poursuit-il.

Alors que faire quand on vit une situation de transformation, de changement, d’instabilité dans son entreprise ? Pour Emmanuel Buée, il y a deux clés essentielles : la constitution d’une nouvelle équipe cohérente et motivée et la capacité à faire un pas de côté pour analyser la situation d’un point de vue extérieur. « Toutes les crises sont des opportunités d’amélioration. Plutôt que de regarder ce que l’on est en train de perdre, il faut s’imaginer ce que l’on peut gagner en plus ». Un conseil suivi par Emmanuel Macron et Édouard Philippe, puisqu’avec ce remaniement, ils ont limogé quatre ministres… pour en accueillir huit nouveaux.

Hélène Faucher

À lire aussi :

Et si remotiver vos équipes passait par un management bienveillant ?

Portrait-robot du dirigeant de demain