Céline Saada-Benaben, directrice d’eBay France sur toute la ligne

Céline Saada-Benaben, directrice d’eBay France sur toute la ligne

portrait-celine-saada-benaben-ebay-france

À la tête d’eBay France, Céline Saada-Benaben fait cohabiter vie professionnelle accomplie et vie privée épanouie. Elle manage tout en aménageant une place de choix à ses multiples ‘à-côtés’. Mais eBay n’est jamais très loin pour celle qui fait encore figure d’exception parmi les dirigeants d’un géant du e-commerce.

Petite, elle rêvait de figurer dans le dictionnaire ou d’être présidente de la République. En adulte accomplie, pas d’entrée dans le Larousse, le Petit Robert ou sur Wikipédia donc pour Céline Saada-Benaben. Mais la prouesse tout de même de s’être fait une place dans le cénacle des géants du web, puisqu’elle est la seule femme à piloter l’un des colosses du e-commerce. En qualité de directrice générale d’eBay France, elle comptabilise plus d’une décennie studieuse à œuvrer pour la plateforme et ses millions d’articles. Douze années qui s’apparenteraient presque à une longévité canonique dans le monde fluctuant d’internet !

Une vétérane du web

Mais avant de la connaître pour sa constance professionnelle, Céline Saada-Benaben commence sa carrière comme consultante en stratégie au sein d’un cabinet parisien. Derrière elle, se compilent déjà une classe préparatoire HEC à Rennes, des études à Milwaukee aux États-Unis. Le tout parachevé par un diplôme de l’ESSEC en 1993.

En 1996, elle rejoint le pôle Stratégie de Disneyland Paris. Quatre ans plus tard, elle tourne le dos au monde de Mickey et à la France. Ses nouveaux terrains de prédilection ? L’univers des télécommunications et une traversée de la Manche. À son arrivée en Angleterre, toujours pas d’eBay à l’horizon : elle débute son aventure londonienne chez T-Mobile et se lance même dans l’entrepreneuriat avec un premier projet dans le service à la petite enfance et une autre tentative autour des produits surgelés.

Pour Céline Saada-Benaden, s’expatrier c’est mettre ses ambitions professionnelles au diapason de celles de son mariage. « C’était un véritable projet de couple. Mon époux et moi débutions notre carrière et étions très tournés vers l’international. Nous pensions partir pour deux ans. Nous y sommes restés douze années ! » C’est à mi-parcours de cet épisode anglais, en décembre 2006, qu’elle rejoint eBay.

Corporate ou ne pas être : une eBay attitude

Elle y occupera tour à tour six rôles différents dans deux pays. La jeune femme commence par piloter des vendeurs particuliers en Angleterre. Elle enchaîne avec la gestion des algorithmes de recherche pour les options de merchandising. Dans la foulée, on lui confie l’intégration de la publicité, l’ergonomie du site et des pages de recherche en France, notamment dans le secteur de la mode. C’est en 2011 qu’elle regagne l’hexagone pour tenir la direction commerciale d’eBay, avant d’en obtenir la direction générale fin 2014.

Et parce que les mentalités avancent à pas trop feutrés, Céline mentore d’autres femmes dont certaines travaillent auprès d’elles, au sein d’eBay. « Avec elles, je partage un certain nombre d’expériences, notamment la problématique fondamentale à mes yeux d’attendre pour être récompensée de ses efforts. Il faut pousser les femmes en entreprises à oser y aller. » Un point qui a hélas très peu évolué, selon la dirigeante. C’est pourquoi, elle œuvre à alerter le top management sur la condition des femmes qu’elle juge cruciale.

Céline Saada-Benaben défend aussi de fortes valeurs humaines au sein d’eBay. Et si elle parle de chiffres et se doit de les tenir, elle parle encore plus des relations humaines. « Certes notre entreprise est très business, car elle est cotée en bourse et a des impératifs de résultats. Nous sommes présents dans 190 pays, cumulons 177 millions de visiteurs actifs, commercialisons 1,1 milliards d’articles pour 88 milliards de dollars de ventes en volume. Mais notre façon de travailler est avant tout basée sur la confiance. »

D’ailleurs, l’open-space où elle nous a donné rendez-vous est étonnement vide, et son explication ne se fait pas attendre : « L’essentiel de nos réunions se fait par vidéo-conférences et cela n’a aucune importance de savoir où vous êtes. Mon management est à Zurich, d’autres travaillent sur notre marché de leur domicile. (…) Le télétravail est une norme pour nous. Nous pensons en missions et non en horaires. »

Le travail, c’est la santé…

Celle que l’on devine à la fois ferme et aimable, coriace mais abordable, défend le bien vivre en entreprise. Une autre particularité ardemment défendue par Céline Saada-Benaben : « Nous disposons d’un congé sabbatique d’un mois consolidé tous les cinq ans. »

Elle a occupé le dernier par un séjour en famille au Japon et pense à l’apprentissage de la sculpture sur bois pour le prochain. Une passion qu’elle tient sans doute de son grand-père qui pratiquait cet art en amateur éclairé et qu’elle cultive à coups d’expositions et d’achats dignes de ceux d’une collectionneuse. Là encore, eBay n’est jamais très loin : « À partir du moment où vous vous plongez dans notre inventaire, il y a tellement de pépites… Je reçois moi-même des alertes tout le temps ! (…) C’est véritablement addictif. » Elle pourrait aussi passer ce break d’un bon mois quelque part dans une cave ancienne, puisque la dirigeante se passionne pour l’œnologie, avec une préférence pour les vins rouges italiens. « J’irais assez loin pour goûter des vins. D’ailleurs, le meilleur Powerpoint que j’ai vu de toute ma vie, avait pour sujet la dégustation de grands crus ! », note-t-elle avec enthousiasme et humour.

… Savoir lever le pied, c’est la conserver !

Pas de compromis donc pour la chef d’entreprise, dont l’exemplarité professionnelle ne lui fait pas oublier son autre vie. Celle qu’elle mène, loin des artères parisiennes, auprès de son époux et de ses deux enfants. D’ailleurs, elle est directrice générale certes, mais pas à plein temps. « Je suis à 80 % depuis dix ans. » Un choix qui semble encore audacieux dans un monde professionnel souvent régi par le carriérisme et la pression du présentéisme.

Chaque mercredi après-midi, elle regagne ainsi ses pénates, loin des convulsions du cœur parisien où se trouve le siège d’eBay. Celle qui assume ses racines provinciales et qui est aujourd’hui banlieusarde, justifie ce choix de vie : « Je voulais que mes enfants s’épanouissent dans un endroit où les gens s’arrêtent au passage clouté ! Il y a ici un parfait équilibre entre la capacité à pouvoir bénéficier de la vie parisienne et aussi jouir d’une vie moins agressive. »

Une fibre d’entrepreneure ?

Pour s’épanouir, Céline Saada-Benaben multiplie les ‘à-côtés’. Dans le business et le monde des GAFA, les leaders sont certes charismatiques, inspirants voire captivants, mais ce ne sont pas ses Jules Vernes. « J’aurais adoré déjeuner avec Simone Weil, Nelson Mandela, Elie Wiesel ou Henry Marsh, le neurochirurgien qui a écrit Entre mes mains. » De quoi la conduire vers une reconversion ? Possible. Vers l’entrepreneuriat ? « J’aimerais beaucoup, mais je vous avoue que je m’amuse encore trop pour y songer ! »

0 commentaires

Laisser un commentaire