Name & shame : des centaines d’entreprises blâmées pour leur manque de transparence

Name & shame : des centaines d’entreprises blâmées pour leur manque de transparence

707. C’est le nombre d’entreprises pointées du doigt par 88 investisseurs du CDP, pour ne pas avoir joué la carte de la transparence en matière d’environnement. Si les Etats-Unis arrivent en tête des mauvais élèves, la France n’est pas en reste.

Vaste opération de name & shame dans les rangs du business mondial. Le CDP, anciennement connu sous le nom de Carbon Disclosure Project, vient de dévoiler la liste des 707 entreprises les moins transparentes en matière d’environnement. Le blâme est international et touche 46 pays, dont la France.

Pour rappel, l’ONG basée au Royaume-Uni recense les performances environnementales des entreprises et évalue leur impact sur le changement climatique, la gestion de l’eau et la déforestation. Chaque année donc, elle leur soumet un questionnaire, à l’issue duquel elle établit un classement des bons et mauvais élèves, qui repose sur des critères de transparence. Une base de données fiable, qui permet ainsi aux investisseurs d’appuyer les projets les plus respectueux de l’environnement.

Cette année, 7000 entreprises ont répondu au questionnaire du CDP. Mais au lieu d’attribuer des bons points aux plus méritants, l’ONG a préféré dévoiler le nom de 707 entreprises qui ne jouent pas le jeu de la mise à disposition des informations. Sur les 707 entreprises visées, 546 le sont pour le manque d’information sur leur impact climatique, 166 pour la sécurité de l’eau et 115 pour leur implication en termes de déforestation.

Amazon et Alibaba sur le banc des accusés

Avec 139 mises en demeure, les entreprises américaines se taillent la part du lion. Sur le banc des accusés, on retrouve notamment Apple, Caterpillar, Chipotle, Volvo, ou encore Amazon, qui ne semble toujours pas vouloir prendre la mesure de la crise climatique. Son concurrent chinois Alibaba, fondé par Jack Ma, fait aussi partie de la liste.

Par ailleurs, l’Australie et la Chine arrivent juste derrière les Américains, avec respectivement 121 et 56 entreprises citées.

La France épinglée à 36 reprises…

Epinglée à 36 reprises, la France est elle aussi dans le collimateur du CDP. Parmi les plus mauvais élèves, on retrouve Christian Dior et Hermes International, seuls acteurs incriminés pour leur impact sur les trois volets.

Au total, 24 entreprises sont accusées de manquer de transparence sur leur impact climatique, à l’instar de Leclerc, Assystem, Dassault ou Les Mousquetaires.

Casino, Engie, Fleury Michon, EDF, Renault ou Veolia sont quant à elles pointées du doigt sur le sujet de la déforestation. Enfin, concernant la gestion de l’eau, Carrefour, Pernod Ricard, Suez ou Thales intègrent le classement des huit entreprises françaises mises en cause.

… et vilain petit canard européen

Outre ses 36 citations, la France est le pays européen le moins transparent. L’Hexagone arrive derrière le Royaume-Uni, cité 25 fois et l’Allemagne, mentionnée 18 fois.

« Le ‘vœu de silence’ de la part des entreprises non divulgatrices ne peut plus durer », déplore Emilie Kreps. La directrice mondiale des initiatives pour les investisseurs chez CDP ajoute : « Les entreprises doivent divulguer leur rôle dans la résolution de la crise climatique à laquelle nous sommes confrontés. Nous savons que le changement climatique, la sécurité de l’eau et la déforestation représentent des risques importants pour les investissements, mais ces risques ne peuvent être gérés sans une information adéquate. »

Rappelons que le CDP réunit plus de 500 investisseurs, qui représentent près de 96 000 milliards de dollars d’actifs et que cette opération de désignation relève de l’initiative de 88 d’entre eux.

Alors que Gonzague de Blignières, le co-fondateur de Raise, déplorait au micro de Widoobiz la difficile mutation du marché de la finance, cette vaste campagne de dénonciation publique semble abonder dans le sens inverse, et témoigne d’un éveil des consciences plus que bienvenu à l’heure de l’urgence climatique.

0 commentaires

Laisser un commentaire