Le co-working dans tous ses états

Le co-working dans tous ses états

C’était au 19e siècle, déjà. Des artistes se réunissaient dans des lieux dédiés à la création. Le principe était simple, échanger, apprendre, s’inspirer. Le travail collaboratif venait de naître. Quelques siècles plus tard, l’heure est au co-working. Colliers International nous en propose un panorama. Enseignements.

A lire l’étude publiée par Colliers international, on comprend vite que le co-working a le vent en poupe. Si la part dédiée à ces espaces reste aujourd’hui relativement faible dans l’immobilier de bureau, parisien notamment (moins de «3,5%), l’intérêt se fait croissant et ne concerne plus uniquement la sphère des start-up ou des auto-entrepreneurs. Comment expliquer les raisons de ce succès. Pour 68% des personnes interrogées, il s’agit avant tout d’optimiser ses déplacements et de mieux gérer son temps.  Les sondés mettent également en avant la qualité des services généralement proposées dans ce type de lieu, enfin la qualité et la variété des espaces.

Pour Frédérique Miriel, Directrice pôles Workplace, Change Management & R&D « Encore mal perçu dans certaines entreprises (par méfiance ou méconnaissance), le coworking devrait davantage se développer dans les années à venir. On constate d’ailleurs de plus en plus de réflexion d’entreprises sur le développement du corpoworking, espaces de coworking internes aux entreprises et ouverts aux personnes externes. Ces espaces sont une réponse au souhait d’ouverture et de transversalité des entreprises, permettant à la fois d’accueillir facilement des collaborateurs sur l’ensemble des sites de l’entreprise et d’incuber des start-ups, mais aussi d’accueillir des programmes de Recherche ou encore des partenaires pour des durées plus ou moins courtes. »

Au-delà d’un simple espace de travail, le co-working s’inscrit désormais au cœur de la stratégie des entreprises. Les raisons avancées : l’attractivité et la rétention des talents, la qualité de vie au travail, le soutien aux transformations des modes de travail. « La question des modèles locatifs alternatifs est aujourd’hui intégrée dans près de 70 % des grands projets immobiliers » précise Cyrille Berthet, Directeur Département Tenant Representation . « Cette nouvelle offre répond de mon point de vue à deux enjeux majeurs : D’une part, le changement de regard des collaborateurs (pas uniquement les nouvelles générations) vis-à-vis de leurs employeurs : ces derniers sont davantage perçus comme des « fournisseurs d’emploi » que comme des entités porteuses d’image et de valeurs fédératrices. Ceci pousse les entreprises à se recentrer sur les attentes individuelles des collaborateurs, et notamment leur bien-être par les services dans les immeubles de bureaux, une des clés de l’offre de coworking. D’autre part, une demande de flexibilité grandissante. »

C’est pour toutes ces raisons, et bien plus encore, que Widoobiz (et oui) intégrera à la rentrée prochaine Ohm – La Maison du dirigeant, pour continuer de grandir dans un écosystème d’affaires dédié à la réussite du dirigeant. Un co-working augmenté en somme.

 

0 commentaires

Laisser un commentaire