Et si la superwoman n’existait pas ?
Superwoman

Femme d’affaires talentueuse le jour, maman géniale le soir, elle n’en oublie pas pour autant d’être élégante, à l’écoute de ses amies et au petit soin pour son conjoint. C’est l’héroïne des temps modernes, la superwoman du XXIème siècle, l’égérie Purée Mousseline. Mais cette créature mythologique qui donne tant de complexes aux femmes « normales », existe-t-elle réellement ?

Autrefois éduquées pour devenir de parfaites mères et épouses, les femmes s’en vont aujourd’hui conquérir le monde de l’entreprise. Quand le métier de mère de famille irréprochable se heurte à celui de business woman accomplie, gare à la surcharge mentale ! Pour éviter la surchauffe, il faut parfois relâcher la pression.

Charge mentale versus répartition des tâches

En 1976 déjà, l’éditorialiste Judith Serrin décrivait dans un article une nouvelle « maladie » propre à la gente féminine. Le « complexe de superwoman » , qui se généralise en même temps que le travail des femmes, les empêche de profiter pleinement de leur indépendance. Il se traduit notamment par le sentiment de vivre une seconde journée de travail une fois passé le seuil du cocon familial. Parfois lié à ce que l’on appelle la charge mentale, ce complexe reste le symptôme d’une société encore inégalitaire. Une société où l’on attend des femmes qu’elles continuent de veiller au bien-être du foyer, alors même qu’elles investissent, aux côtés des hommes, la sphère professionnelle.

Pourtant, la répartition des tâches domestiques semble tendre vers plus d’égalité. Beaucoup d’hommes tiennent à participer aux corvées ménagères et prennent part au quotidien du foyer. On ne s’étonne plus de voir des pères cuisiner, faire le ménage ou se rendre aux réunions de parents d’élèves. Mais ils font encore figure de héros pour avoir simplement pris en charge ces quelques tâches quotidiennes. « Ce n’est pas encore ancré dans les mentalités qu’il est complètement normal que, de temps en temps, le père range la cuisine, aille faire les courses, amène les enfants chez le médecin. […] Ce n’est pas génial, ça devrait être la normalité », déplore Emilie Legoff, fondatrice de Troops et mère de quatre enfants.

Il existe une différence fondamentale entre « exécuter » et « organiser ». C’est dans cette distinction que réside la notion de charge mentale. Car, même si dans certains foyers, les tâches se répartissent de façon équitable, le devoir de planification revient encore majoritairement aux femmes. Elles tiennent alors le rôle de « PDG » du domicile et doivent constamment penser à tout. En témoignent ces remarques célèbres pour leur récurrence et généralement adressées à une femme : « Tu n’aurais pas vu…? », « T’as pensé à…? », « Fallait me le dire… », « Qu’est-ce qu’on mange ? ». Les hommes ne se rendent pas vraiment compte de l’existence de cette charge mentale, pesante mais invisible. Ils ne la comprennent pas. « C’est aux femmes d’essayer de la partager », affirme Emilie Legoff.

Contre la charge mentale, le lâcher prise ?

« La solution que j’ai trouvée contre la charge mentale, c’est de la faire diminuer en lâchant prise sur des choses qui ne sont finalement pas vitales », confie Emilie Legoff. De fait, beaucoup estiment que c’est une tendance au perfectionnisme plus qu’une réelle nécessité qui pousse les femmes à la surcharge mentale. Pour se défaire de celle-ci, il conviendrait alors d’accepter que tout ne soit pas parfait et de se recentrer sur l’essentiel. Sans doute, mais, comme le démontre parfaitement Coline Charpentier dans son livre « T’as pensé à ? », la charge mentale vient avant tout de la société, de l’éducation et du regard des autres. « La valeur sociale du foyer bien tenu est très forte. Une femme qui ne fait plus, qui ne pense plus, qui développe ses loisirs et sa carrière, est rarement vue comme une femme qui réussit. C’est une femme égoïste », écrit Coline Charpentier. Pour lâcher prise, les femmes ont donc besoin d’aide. « Elles doivent se sentir en confiance, sans se dire qu’elles vont être jugées », explique l’auteure. Elles doivent également pouvoir compter sur les autres habitants du foyer pour prendre le relais sur certaines tâches.

Dans le même temps, les mères entrepreneures ou « mumpreneuses » sont extrêmement valorisées. Elle-même cheffe d’entreprise et mère de quatre enfants, Emilie Legoff refuse de donner l’image d’une superwoman. « Je pense qu’il faut que chacun trouve son équilibre. Dire qu’une femme est au top parce qu’elle a monté une boîte et qu’en plus elle a quatre gamins, pourquoi pas. Mais elle n’est pas mieux qu’une mère au foyer qui préfère se concentrer sur sa famille », insiste-t-elle. Elle témoigne de sa propre situation : « J’ai des copines qui, pendant le confinement, ont organisé des activités créatives pour leurs enfants. Moi, je ne peux pas, chacun ses défauts. Pour autant, mes enfants ne sont pas plus malheureux ».

Et si on cessait de se comparer et de culpabiliser ?

Dans son livre, Coline Charpentier exprime l’importance d’aider les femmes à se libérer de leur charge mentale en transformant la vision que l’on peut avoir de ce qu’est une bonne mère. Cessons une bonne fois pour toute de culpabiliser et de se comparer à la voisine. Très philosophe, Emilie Legoff montre l’exemple : « Mon travail m’épanouit. […] Pour mes enfants, je trouve que c’est mieux d’avoir une maman épanouie qu’une maman qui peut avoir des regrets et des frustrations. C’est un bel exemple. Je suis heureuse dans ma vie et c’est tout ce que je leur souhaite. Je pense que l’avantage que j’ai par rapport à certaines femmes, c’est que je ne culpabilise pas. »

C’est en échangeant avec d’autres mamans, lorsque tombe le costume de superwoman, que l’on s’aperçoit que toutes rencontrent les mêmes difficultés. « Ça fait du bien aussi d’en parler. Finalement, il n’y en a pas une qui gère mieux que l’autre », assure Emilie Legoff. Et d’ajouter : « Il faut déculpabiliser. Oui il y a plein de choses que nous faisons mal, mais il y a sûrement quelque chose de positif qui en ressortira. Il faut aussi essayer de mettre en valeur les choses que l’on fait bien. »

Cette dernière n’hésite pas à communiquer ouvertement et sincèrement avec son entourage quand elle ressent le besoin de souffler. Une pratique qui, selon elle, aide énormément à gérer le quotidien. « On a forcément des remises en question. Je pense que ce qui marche avec mes enfants et aussi avec mes salariés, c’est de communiquer. Si on leur dit que ça ne va pas, c’est plus simple que si tout d’un coup, on se met en retrait », insiste-t-elle.

Superwoman, libérée de sa charge mentale

Finalement, si on y réfléchit bien, n’est-ce pas un peu réducteur de faire de Superwoman, une femme dont le super pouvoir réside dans la gestion minutieuse de ses tâches ménagères ? Clark Kent, travaille le jour, sauve le monde la nuit pendant que Superwoman trie les chaussettes ? C’est un peu pauvre n’est-ce-pas ?

Libérez cette héroïne de sa charge mentale, de son foyer immaculé et peut-être découvrez-vous le vrai super pouvoir féminin. Car il est évident que le talent des femmes ne se résume pas à une incroyable capacité au multitasking. À ce sujet, Coline Charpentier s’interroge : « Je me demande souvent dans quoi toutes ces femmes pourraient mettre la formidable énergie qu’elles utilisent dans le quotidien du foyer ? Plus de femmes en politique ? Plus de femmes avec des responsabilités ? Ou plus de femmes tout simplement détendues, car libres de leurs choix ? »

À lire aussi sur Widoobiz : Dorothée Ferreira, directrice générale d’Indépendance Royale « L’inclusion, c’est l’égalité des opportunités. »

Newsletter Widoobiz

Toute l'actualité business dans votre boîte mail.

0 commentaires

Laisser un commentaire