TPE : 6 conseils infaillibles pour réduire ses délais de paiement et reprendre le contrôle de sa trésorerie

TPE : 6 conseils infaillibles pour réduire ses délais de paiement et reprendre le contrôle de sa trésorerie

Être payé dans les temps est loin d’être une mince affaire pour une TPE. Les dirigeants, souvent dans la nécessité de devoir gérer les tâches administratives et comptables ne cessent de se tirer les cheveux sur ce fléau qui impacte fatalement la bonne santé financière de l’entreprise. Pourtant, la conjoncture impose plus que jamais le besoin de jouir d’une trésorerie saine.

Ces dernières semaines ont consolidé l’émergence de pratiques “anormales” comme par exemple l’absence de validation de factures ou encore des retards dans l’émission de bons de commandes de la part de certaines entreprises. De quoi donner lieu à des impayés “justifiés” mais illégales. Alors, comment se prémunir de retards intempestifs pour enfin reprendre le contrôle de sa trésorerie ?

Émettre sa facture le plus rapidement possible

Qui dit se faire payer dans les délais prévus, dit facturer le plus vite possible. Cette étape incontournable peut sembler évidente, pourtant elle est bien souvent négligée. De nombreuses raisons peuvent venir ralentir l’envoi de la facture : manque de temps, information manquante, besoin de vérifier un point avec le client etc.

Peu importe la raison, la règle est simple : plus la facture est envoyée tardivement, plus le paiement arrivera tardivement. Et cela peut impacter considérablement une trésorerie.

Toujours envoyer une facture conforme

Depuis 2001, les factures numériques sont juridiquement légales, au même titre que les factures papier. Et depuis le 1er janvier 2020, toutes les entreprises sont tenues d’accepter la facture électronique. Encore faut-t-il que tous les éléments indispensables demandés par le code du commerce soit bien sur la facture pour qu’elle soit 100 % conforme. Lorsque certaines mentions manquent, le risque est de voir ladite facture remise en question en cas de litige avec le client ; autant de batailles juridiques qui ralentissent encore les paiements.

Engager pour être payé dans les temps

Une relation client se construit et surtout, elle s’entretient. C’est à partir de cette étape qu’engager son client prend tout sons sens. Si dès le départ de la relation client, les bons processus et outils sont mis à disposition, notamment pour la validation et la signature de document, l’engagement du client devient alors implicite. C’est là un bon moyen de lutter contre l’absence de validation génératrice d’augmentation des délais de paiement.

Proposer différents moyens de paiement

Pour une entreprise, la question des moyens de paiement est cruciale. Le marché des moyens de paiement en France et en Europe est complexe et très divers car c’est un marché en changement constant. Aujourd’hui, autre que la monnaie et les billets, les moyens de paiements couramment utilisés entre professionnels sont nombreux (chèques ; virements bancaires ; paiement par carte bancaire ; autorisations de prélèvement ; titre interbancaire de paiement ; lettre de change relevé (LCR) et le billet à ordre relevé (BOR).

Il faut souligner que ces moyens de paiements sont utilisés dans le cadre de l’Espace unique de paiement en euros, SEPA en anglais (Single Euro Payments Area). Le SEPA a pour but de permettre une plus grande sûreté, fluidité et rapidité des règlements par virement, carte ou prélèvement dans la zone euro. En février 2020, rien que les virements SEPA représentaient un montant de 308 milliards d’euros.

Les relances clients : facteur clé pour réduire les délais de paiements

Que ce soit pour faire un rappel à un client tête en l’air ou insister auprès d’un client qui traîne les pieds, la relance est une étape importante pour s’assurer de la bonne santé

de sa trésorerie. C’est un enjeu majeur pour s’assurer que son client a bien reçu la facture, qu’il l’a bien validé et que tout est correct pour la mise en paiement.

Relancer ses clients va donc réduire les risques d’être payé en retard. Par ailleurs, les relances doivent prendre en compte trois paramètres importants pour être le plus percutantes et efficaces possibles : la situation du client ; le moment de la relance ; la fréquence de la relance

Les recours à court terme pour oxygéner sa trésorerie

Si malgré tout, l’entreprise est impactée par les retards de paiements, plusieurs options se dessinent :la mise en place d’un découvert bancaire ; le recouvrement ; l’escompte ou encore l’affacturage.

 

Nicolas Lemeteyer, CEO de Soan

Newsletter Widoobiz

Toute l'actualité business dans votre boîte mail.

0 commentaires

Laisser un commentaire