“ Notre objectif est d’aider les femmes enceintes qui n’ont pas accès à des bonnes conditions d’accouchement sur tout le continent” Interview de Uche Kenneth Udekwe, fondateur de Natal Care

“ Notre objectif est d’aider les femmes enceintes qui n’ont pas accès à des bonnes conditions d’accouchement sur tout le continent” Interview de Uche Kenneth Udekwe, fondateur de Natal Care

Publié le 16 mars 2021

En partenariat avec le Sommet EMERGING Valley, événement incontournable qui réunit chaque année de nombreuses startups, investisseurs, hubs technologiques et acteurs clés des écosystèmes innovants de la zone Euro-Med-Afrique et qui se tiendra en digital les 7 et 8 avril 2021, Widoobiz dresse le portrait de six entrepreneurs africains. Aujourd’hui, focus sur Uche Kenneth Udekwe, fondateur de Natal Care, startup du Social Inclusive Business Camp, qui innove pour lutter contre la mortalité infantile et maternelle au Nigeria.

NATAL CARE : Protéger la vie des femmes enceintes et des futurs enfants là où une grossesse sur 22 entraîne la mort

Le Nigeria, pays le plus riche d’Afrique, est aussi le deuxième pays avec le taux de mortalité maternelle et infantile le plus élevé au monde. Alors que les décès en couches sont devenus un fléau endémique dans le pays, Uche Kenneth Udekwe a décidé de créer Natal Cares en 2018. Cette entreprise sociale tire parti de la puissance de la technologie mobile et de l’innovation à faible coût pour faire face à cette problématique qui touche l’ensemble du continent africain.

Le décès de sa belle-sœur lors de son accouchement a été le déclic pour Uche Kenneth Udekwe. Après cet évènement tragique, il ressent le besoin d’en comprendre les raisons, se documente sur le sujet et constate que le risque pour une femme nigériane de mourir durant sa grossesse est, selon l’OMS, de 1 sur 22 contre 1 sur 4900 dans les pays développés. Un chiffre qui résulte selon Uche « de trois raisons majeures : un système de santé inefficace, un manque d’informations en santé publique qui rend les femmes nigérianes vulnérables face aux superstitions et plusieurs pratiques dangereuses durant l’accouchement perpétuées par des soignants non formés ».

« Notre kit d’accouchement et notre système de messagerie visent à assurer de meilleures conditions d’accouchement aux femmes »

Pour faire face à ces difficultés, Natal Care propose une solution globale, qui comble le déficit d’information des femmes nigérianes tout en leur fournissant le matériel nécessaire à leur santé et celle de leur enfant. L’entreprise gère un système de messagerie automatique qui envoie chaque semaine aux femmes enceintes et allaitantes des messages accessibles sur des téléphones basiques par SMS ou USSD, en 6 différentes langues que sont l’anglais, l’igbo, le yoruba, l’haoussa, le pidgin et le français. « Ces textes hebdomadaires personnalisés rappellent aux futures mères les suivis de grossesse, les rappels cliniques, la croissance et la nutrition de l’enfant, l’allaitement, les rappels de vaccination, les symptômes des maladies infantiles courantes, etc. » explique Uche.

Pour lutter contre les risques liés à l’accouchement, Natal Care fournit un kit d’accouchement basique et peu coûteux qui contient le matériel essentiel pour la naissance de l’enfant telles qu’un extracteur de mucus, du coton et des serviettes maternelles. Natal Care forme également les accoucheuses traditionnelles et les sages-femmes locales aux dernières méthodes et techniques d’accouchement dans les centres médicaux ruraux.

 

Une entreprise à vocation sociale au service de toutes les nigérianes

Uche Kenneth Udekwe a voulu faire de Natal Care une entreprise socialement inclusive, d’où le bas prix de leurs kits d’accouchement et la priorité accordée à l’accessibilité de leurs services et produits. Les femmes peuvent s’inscrire et commander leur kit en ligne pour se faire livrer mais l’entreprise peut également aller directement à leur rencontre via les centres médicaux ruraux. Il n’est parfois pas facile pour ces jeunes femmes d’acheter leur kit malgré son prix modeste de 2500 NGN (Naira Nigérian) soit environ 6 dollars. Pour simplifier l’achat du kit, « nous avons mis en place un programme d’économie Natal Care : nous avons divisé le prix du kit en 9 afin que les femmes enceintes n’aient à payer que 259 NGN (soit moins d’un dollar) par mois et puisse finaliser la transaction à l’approche de la date d’accouchement ».

L’entreprise réussit toutefois à assurer sa rentabilité grâce à la vente au détail de ce kit de livraison et aux frais de service de son système de messagerie. Et le résultat est au rendez-vous pour le fondateur de Natal Care : « Depuis la création de l’entreprise, nous avons eu des témoignages très positifs de mères qui ont pu accoucher dans les conditions les plus saines possibles. Nous avons fourni plus de 14 000 kits d’accouchement à ce jour et espérons avoir sauvé autant de mères et de bébés ». 

Une entreprise qui a su s’adapter à la pandémie du Covid-19 pour se réinventer

En première ligne depuis le début de la crise de la Covid-19, Natal Care s’est particulièrement impliqué auprès des communautés rurales pour les aider à mieux combattre le virus. L’expérience passée à lutter contre les superstitions liées à l’accouchement leur a notamment permis d’identifier le même problème vis-à-vis de la Covid-19, méconnue des populations qui respectent peu les mesures sanitaires. C’est là que Natal Care est intervenu : « Nous avons utilisé le même principe que pour notre kit de livraison et avons simplement changé la liste des fournitures pour les transformer en un kit Covid! » confie Uche. Les kits accouchement convertis en kits de prévention Natal Care COVID-19 ont fourni du gel hydroalcoolique, des masques, des gants, du désinfectant et d’autres produits adaptés à plus de 100 bénéficiaires dans 9 communautés d’Akure (État d’Ondo).

L’entreprise d’Uche Kenneth Udekwe a ainsi pu montrer sa maturité et sa capacité d’adaptation dans un contexte économique hostile et cela alors que les ambitions de Natal Care ne s’arrêtent pas là. La startup développe désormais une application pour smartphone qui sortira au premier semestre 2021 et souhaiterait à terme se développer à l’international : « Notre objectif est de sensibiliser les 15 millions de femmes enceintes au Nigéria et les nombreuses autres femmes qui n’ont pas accès à de bonnes conditions d’accouchement sur tout le continent. C’est pourquoi nous travaillons actuellement avec des organisations et des particuliers qui sont prêts à nous associer à des utilisateurs étrangers ou qui souhaitent nous franchiser dans d’autres pays. Et nous recherchons toujours plus de partenaires ! »

SIBC 2020 : Accompagner les entrepreneurs ayant un impact sociétal fort en Afrique

A l’occasion de la quatrième édition du Social Inclusive Business Camp (SIBC) près de 800 candidatures d’entreprises issues de secteurs divers – e-santé, éducation, emploi, agriculture, agroalimentaire, énergie, industries culturelles & créatives – ont été étudiées. Parmi les postulants, 55 entreprises, dont Natal Care, ont été sélectionnées afin de composer la cohorte 2020.

Ce programme de coaching hybride conçu par l’Agence Française de Développement (AFD) sélectionne et accompagne des entrepreneurs sociaux vers plus de résilience et de responsabilité sociétale. Depuis sa première édition en 2017, le SIBC a accompagné près de 150 entrepreneurs ayant un impact sociétal fort en Afrique dans leur passage à l’échelle.

Afin de consolider leurs acquis en rencontrant l’écosystème local et plus largement celui de l’entrepreneuriat africain, un programme composé de 10 semaines de formation en e-learning, suivi d’un boot camp intensif à Marseille en amont du Sommet EMERGING Valley sont proposés aux entrepreneurs du SIBC. Enfin, Uche et les autres lauréats de la cohorte 2020 auront l’occasion de séduire partenaires et investisseurs potentiels lors d’un « speed pitching » organisé à l’occasion du Sommet EMERGING Valley.

De toute évidence, nous allons continuer à entendre parler de Natal Care et de l’équipe d’Uche Kenneth Udekwe. Il prépare actuellement l’ajout de nouvelles langues sur son système de messagerie, en plus de s’associer à de nouveaux centres médicaux ruraux au Nigeria et de préparer sa participation au Sommet EMERGING Valley d’avril 2021 !

À lire sur Widoobiz : “La construction d’un éco-dôme est plus rapide, moins chère et moins polluante que celle d’un bâtiment moderne conventionnel”, Interview de Youness Ouazri, fondateur d’Ecodome

 

0 commentaires

Laisser un commentaire