Les laissés pour compte de la donnée, freins à la transition numérique des entreprises

Les laissés pour compte de la donnée, freins à la transition numérique des entreprises

acculturation IA

L’IA et la gestion des données sont des leviers indispensables aux entreprises qui souhaitent retrouver le chemin de la croissance. Cependant, le manque d’acculturation des équipes à ces outils peut constituer un véritable frein à l’intégration de ce type de projets au sein de l’entreprise. Interview d’Antoine Cupillard, customer success manager chez Invenis.

Quels sont les freins à l’analyse des données en entreprises ? 

Antoine Cupillard : De manière générale, on considère que les entreprises qui se basent sur la donnée pour piloter leur métier se développent 8 fois plus rapidement que la moyenne. Mais l’intégration de ce type d’outils peut aussi s’avérer être un échec. En effet, 85% des projets data mis en place peinent à faire écho dans l’entreprise car on ne sensibilise pas assez les utilisateurs finaux, c’est à dire ceux qui exploitent leurs données, aux bénéfices que la data peut leur apporter en matière de ROI. Il ne suffit plus simplement de former ces derniers à un simple logiciel,  un travail d’acculturation est nécessaire ou sinon c’est l’échec assuré.

Quels bénéfices pour les entreprises ?

A.C : Les cas d’usage de l’IA en entreprises sont multiples. En terme de ROI, le cas classique d’application de l’IA est la lutte contre l’attrition ( c’est à dire la perte de clients). Grâce à l’IA, un opérateur téléphonique, par exemple, pourrait prédire quels clients sont le plus susceptibles de se désabonner et ainsi pouvoir définir des actions marketing plus personnalisées afin de réengager le client.

Dans l’industrie, l’IA peut également permettre une maintenance prédictive plutôt que curative, on est capable aujourd’hui de savoir à l’avance quelle machine a besoin d’être réparée, ce qui évite que la chaîne de production soit mise à l’arrêt en cas de panne.

En RH, il permet de trouver le meilleur profil parmi des centaines voire des milliers de CV.

Mais recruter un expert data coûte cher aux entreprises, d’où l’importance d’avoir des outils adaptés à des profils qui ne sont pas des experts. Et surtout de sensibiliser ces derniers.

Quel est le constat en matière de démocratisation de l’IA dans les entreprises françaises ?

A.C : De manière générale les entreprises s’y mettent de plus en plus. L’analyse de données et l’IA en plus, font partie des grands plans de relance du gouvernement français. Mais ce sont des projets pour lesquels il ne faut pas brûler les étapes et qu’il faut évangéliser auprès de personnes qui ne sont pas expertes de la donnée, et trouver des outils spécifiques à cette population. Pour donner un exemple concret, notre partenaire France HUB IA s’associe avec la région Ile-de-France, pour permettre à chaque entreprise de la région de se faire accompagner par une start-up sur un projet d’IA.  Il faut que tout le monde profite de l’élan général de la data.

À lire aussi sur Widoobiz : Big Data : l’impératif de responsabilité individuelle et collective

0 commentaires

Laisser un commentaire