Le plan du gouvernement pour former les salariés des PME

Le plan du gouvernement pour former les salariés des PME

plan

Le gouvernement souhaite déployer un plan pour financer des milliers de formations de salariés. L’objectif est d’endiguer les difficultés de recrutement des entreprises et principalement les PME. Le dispositif sera doté de 1,4 milliards d’euros.

Vous aimerez aussi

L’annonce a été faite hier par le Premier ministre Jean Castex et la ministre du Travail, Elisabeth Borne. Une déclaration qui internet alors que le chef du gouvernement achève les concertations auprès des partenaires sociaux. Les syndicats tout comme les organisations patronales déplorent des tensions en matière de recrutement.

Ainsi l’exécutif souhaite résoudre le problème avec ce « plan compétences ». Ce dernier consiste à améliorer la formation des salariés et des demandeurs d’emplois. Un élargissement des savoirs aujourd’hui nécessaire pour trouver un emploi. D’autant que les formations sont encore trop peu accessibles pour la population active. En conséquence l’Etat va allouer une enveloppe pour aider aux formations. Pour cela l’exécutif utilisera les crédits d’urgence non utilisés durant la crise sanitaire. Sur le budget de 1,4 milliards d’euros, 600 millions iront vers les salariés et 800 millions pour les chômeurs.

Un plan pour renforcer les professionnalisations et les reconversions

Les premières entreprises touchées par ce besoin de formation sont les PME. En effet, depuis 2018 elles ont perdu l’accès aux fonds mutualisés pour la formation professionnelle. Le plan présenté par le gouvernement rétablit donc l’éligibilité des sociétés de 50 à 300 salariés. Selon Jean Castex 350.000 salariés supplémentaires devraient jouir de la mesure. Cela représente 300.000 formations de 40 heures en moyenne, et 50.000 formations longues de 400 heures.

Le gouvernement entend, par ailleurs, favoriser les reconversions professionnelles. Avec le dispositif « transitions collectives », les salariés dont l’emploi est menacé peuvent se tourner vers des métiers qui recrutent. Le Premier ministre a également indiqué que l’État va aussi signer de nouvelles conventions avec les régions et avec Pôle emploi pour créer de nouvelles formations pour les demandeurs d’emplois.

L’aide à l’embauche en contrat de professionnalisation va, aussi s’élargir. Alors que cette dernière s’adressait aux alternants de moins de 30 ans, le gouvernement a choisi de l’ouvrir aux chômeurs de longue durée. Depuis son entrée en vigueur, ce dispositif permet aux entreprises qui embauchent des mineurs, en contrat de professionnalisation, de bénéficier d’une aide de 5.000 euros. Pour les majeurs de 18 à 30 ans, ce montant grimpe même à 8.000 euros.

0 commentaires

Laisser un commentaire