Guillaume Vandervoode : « pour moi, entreprendre tout seul c’était compliqué »

En partenariat avec Les Echos Start, Widoobiz a demandé au dirigeant au fondateur de My Tailor is free, Guillaume Vandervoode, lors du Salon des Entrepreneurs de Marseille de revenir sur une phrase qui l’a obligée à se surpasser.

Faire. Il n’y a pas de secret pour Guillaume Vandervoode. Pour démarrer l’aventure de My Tailor is free, il a fallu faire. « On a commencé par faire une petite étude de marché. Et à un moment donné, il faut se lancer et prendre un risque. Pour moi, il n’y a pas vraiment eu de déclic », explique l’entrepreneur.

Des challenges qu’il a su relever l’un après l’autre. « D’abord, il a fallu trouver des associés. Parce que pour moi, entreprendre tout seul c’était compliqué ». Mais, ce n’était rien devant cette 2e problématique : trouver les financements. Un défi qu’il a su relever avec l’aide de son réseau et de partenaires qui ont su lui faire confiance.

Enfin, dernier défis et non pas des moindres : trouver des clients.  « Ça n’a pas été facile au début. Il a fallu se faire connaître en zone tertiaire avec une innovation d’usage assez particulière », ajoute l’entrepreneur. Ce qui est le cas aujourd’hui. Un startupper ne s’arrête jamais devant les difficultés.

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz