Croissance et humanisme aux fondements du mentorat

À l’occasion de la soirée annuelle organisée par l’IME France, Virginie Aubert, mentor et fondatrice d’Odyssée et Compagnie, nous parle de son intervention sur scène pour répondre à la question « est-ce que croissance et humanisme sont antagonistes ? ».

Les mentorés sont « des trésors »

Pour elle, « développer une entreprise, c’est avant tout développer les hommes qui sont dans cette entreprise ». Clairement, on ne peut développer une entreprise sans se soucier avant tout des personnes qui permettent sa croissance. D’ailleurs, Virginie Aubert est convaincue qu’il faut allier « performance économique » et « performance sociale » pour faire marché l’entreprise. On ne peut pas faire uniquement l’un ou l’autre. De plus, que ce soit pour créer ou dans des moments de difficultés, les collaborateurs seront là si on a été là pour eux.

Mentor depuis quelques années au sein d’HEC, pour elle, le mentorat ne consiste pas à trouver des solutions pour les personnes, mais à questionner et à amener les mentorés à « trouver leur chemin, puisque ce sont eux qui ont la réponse ». « C’est une grande chance d’avoir la confiance de ces personnes qui se livrent : ce sont des trésors ».

Thomas Benzazon

Animateur

Co-fondateur de Widoobiz et journaliste en charge des Programmes et de la rédaction, Thomas Benzazon reçoit entrepreneurs et acteurs du monde économique pour traiter des sujets d'actualité ou pour obtenir les confidences des chefs d'entreprise qu'il rencontre.

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Croissance et humanisme aux fondements du mentorat"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Hamidou
Invité

Il me faut un mentor en Afrique.

wpDiscuz