Plan d’austérité : frein à la croissance des entreprises ?

Suite au plan d’austérité annoncé par le gouvernement, les entrepreneurs de CroissancePlus – par la voix de leur président – ont tenu à rappeler leurs attentes pour que la réduction des dépenses publiques n’affaiblisse pas la compétitivité des entreprises françaises.

Réduction de la dette publique : une priorité.

Avec un endettement à hauteur de 1 646 Mds d’€, la situation de la France n’est plus tenable. Si tout le monde tombe a priori d’accord sur cette position, les solutions pour y arriver font néanmoins débat. Car la crainte de certains entrepreneurs réside dans l’idée que les mesures envisagées pourraient ralentir la croissance et creuser l’écart de compétitivité entre les entreprises dans la compétition mondiale. C’est ainsi que les entrepreneurs de CroissancePlus jugent toutefois que « les actions envisagées ne doivent pas entraver le développement des entreprises » et rappelent qu’un « prévisionnel de 1,7% de croissance est insuffisant ».

Pour Olivier Duha, Président de CroissancePlus, « croissance et compétitivité vont de pair. Il faut faire attention à ne pas entraver la croissance par des mesures pénalisantes pour le business français. Tout le monde doit participer à cet effort national et européen de réduction des déficits mais nous devons aussi collectivement améliorer notre potentiel de croissance . »

Niches fiscales : ne pas tout mettre au panier

Si la suppression de certaines niches fiscales jugées « d’opportunité » est inévitable, le groupement d’entrepreneurs rappelle qu’il faudra conserver « celles qui développent la croissance, créent des emplois et encouragent le travail ».

Ils comprennent parfaitement la taxation temporaire des hauts revenus, ou encore l’augmentation des prélèvements sociaux sur les revenus du patrimoine. Cependant, ils rappellent le gouvernement à son devoir, en ajoutant que « ces mesures ne doivent pas se substituer à la nécessité de diminuer les dépenses publiques ».

Côté heures supplémentaires, la souplesse dans l’organisation du travail pour les entreprises est jugée comme un réel bénéfice pour celles-ci. Avec la décision du gouvernement de fiscaliser à nouveau les heures supplémentaires, les entrepreneurs de CroissancePlus annoncent une diminution de leur utilisation à l’avenir et appellent le gouvernement à rouvrir le dossier du temps de travail en France.

Quelles mesures pour la croissance de demain ?

Pour pérenniser la croissance, Olivier Duha explique « qu’il faut alléger le coût du travail pour être davantage compétitifs », et demande « le transfert des charges patronales et salariales sur d’autres assiettes, pour augmenter les salaires nets des collaborateurs et créer des emplois en France. »

Une mesure intéressante consisterait également à ne pas enchaîner les mesures car l’instabilité fiscale est un frein lourd à l’investissement, la prise de risques et la croissance de nos entreprises. « La nouvelle hausse du forfait social ou la limitation de la possibilité pour les entreprises de reporter leurs déficits en sont l’exemple même ».

Olivier Duha, ajoute également que « la bataille de la dette passe par la réduction des dépenses publiques mais aussi par le retour de la compétitivité de nos entreprises, car seul levier de création de richesses et de croissance. L’un ne va pas sans l’autre. »

Thomas Benzazon

Thomas Benzazon

Animateur

Co-fondateur de Widoobiz et journaliste en charge des Programmes et de la rédaction, Thomas Benzazon reçoit entrepreneurs et acteurs du monde économique pour traiter des sujets d'actualité ou pour obtenir les confidences des chefs d'entreprise qu'il rencontre.

Pas encore de commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux