Ces entreprises boostées par le coronavirus #3

Ces entreprises boostées par le coronavirus #3

entreprises boostées par le coronavirus

Face à l’effondrement économique qui touche de nombreuses industries, une bande d’irréductibles entreprises résiste à la crise. Plus édifiant, leur activité s’en trouve considérablement augmentée. A lire ici, le troisième volet de la saga de ces entreprises gagnantes du coronavirus.

Alors que la crise économique provoquée par la pandémie de covid-19 met en danger les entreprises du monde entier, certaines sociétés résistent. Mieux encore, leur activité s’envole. Troisième tour d’horizon de ces « gagnants » du coronavirus.

Distribution alimentaire

Invité au micro de BFM business le 10 avril dernier, Philippe Pauze, PDG de Picard annonce une augmentation de 35% des ventes depuis le début de la crise sanitaire. « 99% de nos magasins restent ouverts malgré l’épidémie » a-t-il rappelé lors de son interview pour la chaîne Business.  Certains jours, l’entreprise spécialisée dans le surgelé enregistre même des journées où le chiffre d’affaires atteint + 75%. Pour venir en aide aux agriculteurs et pêcheurs de l’hexagone, Picard va même jusqu’à revoir sa chaîne d’approvisionnement « Nos industriels sont mis à contribution pour introduire plus de produits français dans nos gammes. Nous avons sauvé plus de 10 000 volailles de Brest et signé un accord avec la Sicarev (coopérative d’éleveurs) » confie Philippe Pauze à la chaîne.

Ces deux dernières semaines ont également mis en lumière les avantages des circuits courts, les agriculteurs qui vendent directement leurs produits aux consommateurs ont vu les ventes s’envoler. En effet, selon La tribune, les drives fermiers où l’on retire les paniers commandés sur internet enregistrent un succès sans précèdent. Ainsi chez Cagette.net, les commandes ont ainsi été multipliées par quatre selon le cofondateur Sébastien Zulke. Même son de cloche du côté de Kuupanda où les ventes sont passées d’une dizaine par jour avant la crise à une centaine. Chez Cultures Locales, start-up qui livre à Paris des produits cultivés dans un rayon de 120 km autour de la capitale, le panier moyen a crû de 44% affirme le fondateur Thierry Clastres au journal la Tribune.

Industrie agroalimentaire

Après une perte de 28 millions d’euros l’an dernier, Fleury Michon voit ses ventes décoller grâce au confinement. Selon les Echos, le chiffre d’affaires a connu une hausse de 13,8 %, à 193,3 millions d’euros. Mais le leader français du jambon reste prudent « Malgré l’impact jusqu’à présent positif du Covid-19 sur les ventes GMS [en grandes et moyennes surfaces], la faiblesse des ventes dans le traiteur et le snacking inquiète » explique le cabinet d’analyses Portzamparc. L’activité de restauration du groupe auprès de compagnies aériennes et des entreprises (4% du CA) risque également d’être fortement impactée.

Laboratoires pharmaceutiques

Le laboratoire Pilege spécialisé dans la microbiotique, la micronutrition et la phytothérapie a aussi vu ses activités croître ces dernières semaines. « En dix jours, on a été dévalisés » a confié Pascaline Gervoson, directrice Marketing de Pilege à actu.fr. Cette dernière explique également, que 80% des 600 salariés du groupe sont mobilisés et qu’aucun de leurs employés n’a été atteint du covid-19.

Start-up destinées aux enfants

Même constat chez Pandacraft, société commercialisant des kits d’activités manuelles pour enfants. Selon Maddyness, depuis le début de la pandémie, son blog comptabilise 12 000 visiteurs par jour contre 1000 habituellement. En moins d’une semaine, 10 000 personnes se sont inscrites à la newsletter et la start-up enregistre plus de 200 inscriptions supplémentaires par jour.

À lire aussi sur Widoobiz :

Ces entreprises boostées par le coronavirus #1

Ces entreprises boostées par le coronavirus #2

 

 

Newsletter Widoobiz

Toute l'actualité business dans votre boîte mail.

0 commentaires

Laisser un commentaire