Leur entreprise ne connaît pas la crise : comment Sarbacane a su tirer son épingle du jeu

Leur entreprise ne connaît pas la crise : comment Sarbacane a su tirer son épingle du jeu

PME familiale du Nord de la France spécialisée dans la communication et la digitalisation des entreprises, Sarbacane n’a pas été impactée négativement par le confinement. Au contraire, son activité s’est accélérée pendant cette période. À tel point que la PME vient de recruter une dizaine de personnes, et cherche à en embaucher encore une quinzaine aujourd’hui. Explications avec Matthieu Deleneuville, responsable communication chez Sarbacane.

Embaucher quand tout le monde licencie ou met la clé sous la porte, comment c’est possible ?

Mattieu Deleneuville : Notre PME est en pleine croissance, et nous avons conscience de la chance de faire partie de ces rares sociétés dont l’activité a été accélérée par les récents événements. Cette chance, nous la traduisons notamment en créant de l’emploi : 6 recrues ont rejoint Sarbacane au début du déconfinement, plusieurs collaborateurs nous ont même rejoints pendant le confinement, et une quinzaine de postes sont toujours à pourvoir pour faire face à la demande exponentielle pour nos solutions de communication à distance (email, SMS, Chat & automation). Notamment de la part des PME, qui ont besoin de relancer leur activité.

Après un mois d’avril record et près de 3 000 créations de compte (+ 90 % par rapport à avril 2019, un record sur ce mois en 20 ans d’existence), nous avons à cœur de continuer à recruter malgré la situation pour répondre aux besoins de nos clients et prospects ainsi que pour contribuer au rebond de l’économie.

Qu’est-ce que cette crise sanitaire aura changé dans votre manière de travailler ?

MD : Après cette épreuve, nous sommes plus soudés que jamais. Nous avons su maintenir le cap à distance et nous serrer les coudes pour faire face à la demande. On a maintenant hâte de tous nous retrouver dans nos locaux. Nous y revenons petit à petit, avec la distanciation qui s’impose et la distribution de kits. Ils comprennent masques, gel et lingettes… tout ce qu’il faut pour reprendre le cours normal de notre activité en toute sécurité.

Les PME se digitalisent à marche forcée pour maintenir leur activité.

N’avez-vous pas peur du retour de bâton et d’une chute brutale de vos clients dans les mois à venir ?

MD : Nous voyons tout cela avec une grande prudence à moyen et long terme. Mais il est certain que les entreprises, notamment les PME qui ont longtemps été considérées comme en retard en termes de transformation numérique, se digitalisent à marche forcée pour maintenir leur activité. Elles ont et auront besoin notamment de nos solutions et de notre expertise pour communiquer et promouvoir leurs produits et services.

Créée en 2001, Sarbacane n’est plus une « petite entreprise », mais un vrai groupe solide…

MD : Plusieurs marques composent le groupe. L’application historique Sarbacane, mais également Touchdown, Layout ou Tipimail et depuis peu Datananas. Le groupe compte une centaine de collaborateurs et réalise un chiffre d’affaires consolidé de 11 millions d’euros avec plus de 10 000 clients à travers 90 pays. Sarbacane entend accélérer son développement par la croissance de ses différentes marques, toutes référentes sur leur marché, mais également en poursuivant sa stratégie de diversification et d’acquisitions dans l’univers des logiciels marketing et du digital BtoB. L’ambition du groupe est d’atteindre les 25 millions d’euros à horizon 2025. Mais avant cela, nous sommes convaincus que 2020 sera une grande année avec 13 ou 14 millions d’euros de CA, et de grandes nouvelles arriveront encore avant son terme.

Newsletter Widoobiz

Toute l'actualité business dans votre boîte mail.

0 commentaires

Laisser un commentaire