L’intelligence collective : levier de transformation des organisations ?

L’intelligence collective : levier de transformation des organisations ?

Dans un contexte marqué par la pandémie et dans lequel l’organisation du travail appelle à de nombreuses mutations, comment impliquer toutes les parties prenantes dans ce changement ? Selon Francis Adam, directeur associé de Stig.pro, la réflexion collective en constitue l’une des réponses. Mais comment la mettre en œuvre dans une situation où les interactions réelles se font de plus en plus rares ? Alban Gonord, directeur de l’engagement du groupe Macif et Adrien Croze, Directeur de la communication de l’Ordre des avocats de Paris nous racontent comment leurs deux organisations ont pu mettre en place une démarche d’intelligence collective grâce à l’application Stig.pro afin de mieux piloter le présent et d’anticiper l’avenir. Interview croisée.

Comment engager une communauté sur une problématique dans un contexte de crise ?

Francis Adam (Stig.pro) :  En créant les conditions d’un cercle vertueux de l’intelligence collective. C’est ce que permet Stig.pro. Il s’agit là d’une application d’intelligence collective qui innove par sa simplicité : la plateforme favorise une participation de masse grâce à une ergonomie pensée pour engager les utilisateurs autour de 3 actions simples : proposer des idées dans chaque thématique de la consultation, améliorer les idées des autres utilisateurs et voter pour chaque idée et chaque amélioration de la consultation. Sa transparence permet de développer une relation de confiance entre les communautés d’utilisateurs et les directions / groupes projet, initiateurs des consultations. Chaque utilisateur accède en temps réel au classement des idées par niveau d’adhésion, grâce à l’algorithme Stigscore. De son côté, la direction / groupe projet tient informée la communauté des suites et résultats de la consultation en termes d’analyse et de prises de décision. Cette approche soucieuse de l’autre crée les conditions d’un cercle vertueux de l’intelligence collective.

Pour une communauté, prendre part à une consultation sur Stig.pro, c’est participer à une réflexion collective au service de l’organisation à laquelle elle appartient. Et c’est permettre à cette dernière de bénéficier de toute la créativité, du bon sens et du vécu partagés par ses parties prenantes.

Pourquoi la Macif et l’Ordre des avocats ont-ils fait appel à Stig.pro ?

Alban Gonord (la Macif) : Nous souhaitions mettre en place une grande consultation collaborative autour de la Raison d’être en donnant voix au chapitre à toutes les parties prenantes de la Macif (sociétaires, collaborateurs, délégués, société) parce que cela renvoie à l’identité mutualiste, aux principes démocratiques de l’entreprise, à son appartenance au monde encore trop méconnu de l’économie sociale et solidaire (« un homme, une voix »). Nous avons fait appel à stig.pro pour mettre en œuvre cette démarche. L’enjeu était de mobiliser quelques milliers de sociétaires, l’ensemble des 1 500 délégués élus et bien sûr les 10 000 salariés du Groupe, soit une population totale de 15 000 utilisateurs.

Stig.pro, par sa plateforme, nous a permis de mobiliser l’intelligence collective en donnant la parole à chacun pour révéler notre raison d’être. Il nous semblait essentiel que le partenaire retenu pour mettre en œuvre cette démarche collective de grande envergure partage avec nous une certaine approche citoyenne de l’intelligence collective. Issue de la civic tech, Stig.pro a le souci de développer des communautés de partage d’idées, au service de l’intérêt général.

Adrien Croze (Ordre des avocats de Paris) : Nous cherchions un partenaire avec une expérience éprouvée des organisations professionnelles. Stig.pro dispose d’une expérience originale auprès du groupe IRP AUTO, l’organisme de protection sociale de la branche des services de l’automobile, mais aussi auprès de la CFE-CGC ou encore des sociétaires et élus du groupe Macif. Ensemble, nous avons imaginé l’Agora, une plateforme qui invite l’ensemble des avocats parisiens à venir réfléchir ensemble sur la reprise d’activité à la suite de la pandémie, sur l’entreprenariat, le quotidien de l’avocat, la vie ordinale et bien sûr la Justice au sens large.

Qu’est ce qui diffère d’une procédure classique de partage d’idée ?

Francis Adam (Stig.pro) : Une procédure classique de partage d’idées permet d’obtenir un classement par niveau de « likes ». Avec Stig.pro, le classement des idées bénéficie d’un algorithme qui va puiser dans les votes positifs, les votes nuls, les votes contre, le pourcentage de votes positifs, le nombre de votes et le nombre d’améliorations une interprétation globale du niveau d’adhésion et d’engagement de la communauté. À ces données directes, sont ajoutées des données plus profondes, notamment sémantiques, qui permettent de dégager des informations précieuses au service de la prise de décision : des signaux forts et des signaux faibles. Qu’elles relèvent de l’appropriation (la communauté a-t-elle su s’approprier les thématiques ?), de la préoccupation (de quoi les idées de la communauté parlent-elles ?) à la formulation, l’expression (une émotion particulière est-elle perceptible), elles sont autant de sources d’informations utiles pour piloter le présent et anticiper l’avenir.

Comment s’est déroulée l’intégration de la solution Stig.pro ?

Adrien Croze (Ordre des avocats de Paris)  : Pour nous, comme pour beaucoup d’institution, la participation est le premier des indicateurs de succès. Stig.pro nous a proposé de fonctionner avec des liens uniques et individuels pour simplifier le parcours des avocats vers la plateforme, mais aussi des élèves avocats de l’EFB, invités à rejoindre leurs ainés dans cette réflexion collective. Pour augmenter nos chances de connexion, nous avons également créé un accès depuis l’espace pro mis à disposition par l’Ordre, en capitalisant sur des identifiants de connexion ancrés dans les usages.

 Alban Gonord (la Macif) : Nos parties prenantes ne sont pas tous « digital natifs ». Il était fondamental de disposer d’une interface fluide, mais aussi de simplifier l’accès à la plateforme. Nos équipes techniques ont travaillé avec Stig.pro pour fournir un lien de connexion individuel et unique à chaque utilisateur. En un simple clic, chacun, qu’il soit sociétaire, délégué ou salarié (et quelle que soit son entité ou sa DSI de rattachement) se connectait et pouvait participer à cette grande consultation

 

Comment acculturer tous les collaborateurs ? Y a-t-il eu des freins ?

A.G (la Macif) : Le format de consultation retenu reposait sur un effort individuel de quelques minutes de participation hebdomadaire. Or, tous les salariés n’ont pas accès au même matériel, ni à la même souplesse d’organisation. La Macif anime notamment 6 000 salariés en call centers, qui respectent des horaires définis, afin de répondre aux appels de nos sociétaires. Avec Stig.pro, avons mis toutes les chances de notre côté pour que ceux qui le souhaitaient puissent contribuer à cette démarche de co-construction.

Chaque semaine, pendant 2 mois, les membres de cette grande communauté ont reçu un email partageant le succès croissant, mais surtout de nouveaux éléments de contenu produits par la communauté. Petit à petit, des milliers de nouveaux utilisateurs ont rejoint la plateforme pour apporter leur pierre à l’édifice.

A.C (Ordre des avocats de Paris) : Naturellement, comme dans toute organisation. Mais l’interface de Stig.pro permet à ceux qui sont moins à l’aise avec l’outil numérique de s’y retrouver facilement. Néanmoins, le frein le plus évident reste le temps, et l’Agora y répond avec une expérience qui ne nécessite que quelques minutes par semaine. Le mode aléatoire, qui permet à un utilisateur de se prononcer sur des centaines d’idées en un temps record, a particulièrement bien fonctionné.

L’animation de la communauté est également un atout pour démultiplier les connexions, en comparant les heures d’envoi d’emails ou en variant les tonalités rédactionnelles, afin de trouver LA formule qui fait mouche avec notre communauté.

 

Quels bénéfices pour vos organisations comparé à une autre solution ou à des procédures plus classiques ?

A.G (la Macif) :Pendant la consultation, les équipes de Stig.pro ont travaillé avec nos équipes pour produire des documents d’analyse utiles à la formulation de la raison d’être. Il s’agissait, pour chaque thématique de la consultation (chaque promesse de la Macif envers une partie prenante) de dégager des signaux forts, comme les préoccupations majeures présentes dans les idées ou les points communs entre les idées qui obtenaient une forte adhésion A partir de ces données, des messages clés ont été rédigés et ont servi de socle à la dernière ligne droite : des ateliers de formulation par petits groupes.

 

A.C (Ordre des avocats de Paris) : En mars dernier, le Bâtonnier Olivier Cousi a organisé une assemblée générale des avocats, la première depuis plus de trois décennies. L’objectif de cette grande consultation était de prolonger ce moment d’échanges et de co-construction via les outils numériques. Consultation et concertation sont deux axes majeurs du Bâtonnat. Avec l’AGORA, nous entrons pleinement dans l’acte 2 de cette stratégie d’écoute et d’intelligence collective. De nombreuses idées ont fait l’objet de centaines de votes et les résultats parfois tranchés sont autant d’informations utiles pour confirmer ou ajuster les priorités de l’action du Bâtonnier et du Conseil de l’Ordre. Le rapport de synthèse de l’Agora, en cours de construction avec Stig.pro, sera en conséquence une source d’inspiration majeure pour orienter l’action de nos élus dans les prochains mois.

 

 

Newsletter Widoobiz

Toute l'actualité business dans votre boîte mail.

0 commentaires

Laisser un commentaire