Casper: la startup qui paie ses salariés à dormir

Casper a sa propre vison du management. La startup spécialisée dans la vente de matelas incite les salariés à vivre sainement en les payant. Avec cette méthode, productivité et bonne humeur au travail garantis.

Le bien être, ça se paie, ou plutôt, ça se récompense. Casper, la startup spécialisée dans la fabrication de matelas « bon marché et de qualité », a une politique managériale assez singulière. Pour booster la productivité de ses collaborateurs, l’entreprise a décidé de payer ses salariés à dormir et à exercer des activités sportives. En fonction des efforts fournis pour être en bonne santé, les salariés reçoivent des rémunérations : 18 euros par cours de sport, 18 centimes pour 1,5 km de marche, 3,50 euros pour 1,5 km de jogging, 1,75 euros pour une nuit complète de sommeil…

L’app s’assure que le salarié n’a pas confondu le bar en bas de chez lui avec la salle de gym

Pour chaperonner ses salariés, la startup née aux État-unis, utilise l’application IncentFit. Grâce à son système de géolocalisation, l’app s’assure que le salarié n’a pas confondu le bar en bas de chez lui avec la salle de gym. Aujourd’hui, 69% des employés de Casper utilisent l’application pour gagner un peu plus d’argent.

Et, les salariés peuvent gagner jusqu’à 190 dollars de plus par mois (soit 166 euros) en ayant une bonne hygiène de vie. Cette nouvelle manière de manager plait et inspire. Des grands acteurs de l’écosystème reprennent l’initiative de la startup notamment Google.

Aux États-Unis, l’employeur est tenu de prendre en charge une partie des frais de santé de ses employés

Mais pourquoi l’employeur se préoccupe-t-il tant du bien-être de ses salariés ? Aux États- Unis, il est courant de voir des chefs d’entreprise laisser leurs employés bénéficier de pass pour aller à la salle de sport. La raison est simple: l’employeur est tenu de prendre en charge une partie des frais de santé de ses employés. Un salarié en bonne santé est donc un salarié qui coûte moins cher…

Mais, on trouve une autre explication à ce phénomène. « On peut offrir des abonnements en club de gym, mais souvent les gens ne les utilisent pas. Les récompenses financières motivent vraiment à changer de comportement », explique Quartz Neil Parikh, le co-fondateur de Casper (propos recueillis par Slate).

En tout cas, l’énergie et l’argent utilisés à entretenir la bonne santé des salariés ne semblent pas impacter la croissance de Casper. Elle génère plus de 300 millions de dollars de revenus, après à peine trente mois d’existence.

Khadija Adda-Rezig

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz