Ces entreprises boostées par le coronavirus #4

Ces entreprises boostées par le coronavirus #4

entreprises boostées par le coronavirus

Face à l’effondrement économique qui touche de nombreuses industries, une bande d’irréductibles entreprises résiste à la crise. Plus édifiant, leur activité s’en trouve considérablement augmentée. A lire ici, le quatrième volet de la saga de ces entreprises gagnantes du coronavirus.

Alors que la crise économique provoquée par la pandémie de covid-19 met en danger les entreprises du monde entier, certaines sociétés résistent. Mieux encore, leur activité s’envole. Quatrième tour d’horizon de ces « gagnants » du coronavirus.

Les géants de la tech

Même s’il craint une baisse des investissements publicitaires dans les mois qui viennent, Google clôt, fin avril, un premier trimestre extrêmement prometteur. Alphabet, la maison-mère de Google, a réalisé un bénéfice net de plus de 6,8 milliards de dollars au premier trimestre, contre un peu moins de 6,7 milliards il y a un an. Dans le détail, son chiffre d’affaires est passé à 41,2 milliards de dollars, soit une progression de 13%. Des résultats qui lui valent une hausse de 3% de son titre à Wall Street fin avril.  Une croissance portée par YouTube qui enregistrait 4 milliards de dollars de recettes publicitaires au dernier trimestre 2020, soit un bond de 30% en un an.

Les entreprises de la grande distribution

Depuis le début du confinement en France, les magasins Casino ainsi que ses services de ventes en ligne jouissent d’une forte croissance grâce à une « hausse sans précédent de la demande dans la grande distribution alimentaire », a annoncé le groupe dans un communiqué, jeudi 23 avril. Les différents services proposés par le groupe (magasins de proximité, magasins urbains, e-commerce…) ont été « particulièrement sollicités » depuis mi-mars, relate le distributeur. « Dans les enseignes alimentaires, la croissance s’établit sur les quatre dernières semaines à +9% et +12% hors hypermarchés », souligne le groupe. A noter également que son site de commerce en ligne Cdiscount enregistre depuis le 1er  avril une hausse de 40% de son volume d’affaires.

Une croissance qui atteint également 24% en moyenne chez Franprix, les supermarchés Casino et les autres formats de proximité . Le groupe déclare également avoir plus que doublé ses ventes en ligne alimentaires, « en particulier la livraison à domicile de Monoprix », via son site internet ou son partenariat avec le géant américain du commerce en ligne Amazon, avec un total de «20 000 commandes par jour au lieu de 6.500 au début du trimestre ». Une tendance qui devrait se poursuivre «au-delà du 11 mai » selon David Lubek, directeur Financier Adjoint de Casino.

Les entreprises agroalimentaires

Le groupe américain Kraft Heinz, qui avait vu ses ventes reculer de 2,2 % l’année précédente, enregistre sur les trois premiers mois de 2020 une hausse 6 % selon un article du Figaro. « Une performance hors du commun pour un groupe en panne de croissance depuis des années, boudé par les ménages préférant les produits plus sains et naturels » analyse l’auteur de l’article qui explique également que « d’Unilever à Danone en passant par Mondelez, Nestlé, Coca-Cola, PepsiCo et Kellogg’s, tous les géants du secteur ont profité du phénomène de stockage en début de confinement ».

Il en va de même pour Danone qui a fait, sur le trimestre, mieux qu’il ne l’escomptait au début janvier. « La croissance du premier trimestre a été supérieure à nos attentes », révèle le groupe aux Echos. Un boom des ventes qui s’explique selon le quotidien économique par « la forte hausse des ventes en mars (5 à 10 %) stimulées par la consommation à domicile et sous l’effet du stockage observé en Europe ainsi qu’en Amérique du Nord, qui a compensé la baisse d’activité en Chine ».  Le chiffre d’affaires de Danone a ainsi augmenté de 1,7 % et équivaut désormais à 6,24 milliards d’euros.

Le phénomène de stockage a également entraîné une nette accélération de l’e-commerce alimentaire. Il dépasse la barre des 10 % chez Nestlé

Les fabricants de produits d’hygiène

Avec le boom des achats liés à l’hygiène, Unilever (Dove, Skip, Signal) et le bond de Procter & Gamble (Pampers, Ariel), ont vu leur vente augmenter de plus de 5% au premier trimestre. Sur cette même période, la ruée vers les rouleaux de papier toilette et les mouchoirs ont fait bondir de 8 % les ventes de Kimberly-Clark (Kleenex).

Une croissance qui ne persisterait toutefois pas selon nombre d’industriels. Selon le Figaro, ces derniers redouteraient un retour de boomerang, avec un effet déstockage déjà perceptible. « Danone et PepsiCo voient déjà l’impact d’un phénomène d’épargne des foyers. Tous s’attendant à des à-coups dans la consommation, difficiles à gérer d’un point de vue logistique et industriel.»

À lire aussi sur Widoobiz :

Ces entreprises boostées par le coronavirus #1

Ces entreprises boostées par le coronavirus #2

Ces entreprises boostées par le coronavirus #3

Newsletter Widoobiz

Toute l'actualité business dans votre boîte mail.

0 commentaires

Laisser un commentaire